GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Gouvernement Temer au Brésil: démission d’un troisième ministre pour corruption

    media Le ministre brésilien du Tourisme, Henrique Eduardo Alves, a démissionné jeudi 16 juin 2016. Foto: Elcio Ramalho

    Les révélations d'affaires de corruption se poursuivent au Brésil et les têtes continuent de tomber. Jeudi 16 juin, c'est le ministre du Tourisme, Henrique Eduardo Alves, après les ministres de la Planification et celui de la Transparence, qui a été contraint de démissionner. Trois départs donc depuis la mise en place il y a moins d'un mois du gouvernement par intérim de Michel Temer qui a succédé à la présidente Dilam Rousseff, suspendue pour maquillage de comptes publics.

    Henrique Alves a quitté ses fonctions jeudi 16 juin, accusé d'avoir reçu 400 000 euros de dessous de table de la société Transpetro, une filiale du groupe Petrobras, ce groupe au coeur du scandale qui n'en finit pas de miner la classe politique brésilienne. La somme correspond à une contribution à la campagne électorale du PMDB, le parti du président par intérim Michel Temer. Une contribution légale, sauf que l'argent provenait de dessous de tables versés lors de contrats passés avec Petrobras.

    C'est donc le troisième ministre qui démissionne en moins d'un mois. Le ministre de la Planification,  Romero Juca, puis celui de la Transparence, Fabiano Silveira, ont quitté leur poste après la révélation d'enregistrements téléphoniques compromettants.

    Derrières ces révélations en cascade, l'ancien président de Transpetro, Sergio Machado. Il a lui-même été inquiété par la justice pour corruption et collabore pour réduire sa peine. Il a ainsi livré les noms de plus d'une dizaine d'hommes politiques, dont celui du président du Sénat. Il a également mis en cause le président intérim, Michel Temer, qui a vivement rejeté les accusations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.