GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Aujourd'hui
Mardi 22 Août
Mercredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: le renseignement américain rend un rapport sur les frappes de drones

    media La polémique sur l'utilisation des drones s'illustre également les murs de Sanaa. Dix-sept personnes, dont une majorité de civils, ont été tuées au Yémen dans une attaque de drone, vraisemblamement américain.

    La direction nationale du renseignement (DNI) des Etats-Unis vient de publier pour la première fois un bilan des frappes américaines contre les islamistes, en dehors des zones de conflit en Syrie, Irak et Afghanistan. En publiant ces statistiques, l’administration Obama souhaite faire preuve d’une plus grande transparence à propos des victimes civiles lors de ces attaques. Mais son initiative a été accueillie par les associations pour les droits de l’homme avec une bonne dose de scepticisme.

    Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

    Selon la DNI, les Etats-Unis ont effectué 473 attaques avec des drones entre janvier 2009 et décembre 2015, tuant 2851 jihadistes et entre 64 et 116 civils. Ce bilan est jugé trop bas par les organisations de défense des droits de l’homme et les experts du terrorisme.

    Un de ces groupes pense en effet que le nombre des victimes civiles pourrait approcher du millier dans des pays tels que le Pakistan, le Yémen, la Libye et la Somalie. Les critiques du rapport reprochent à l’administration de ne donner qu’un chiffre global sans préciser quand les attaques ont eu lieu et où. Le gouvernement fait valoir que certaines informations doivent rester secrètes.

    A ceux qui l’accusent de minimiser le bilan, il répond que ses renseignements sont meilleurs que ceux des observateurs qui dépendent de sources pas toujours fiables et peuvent être manipulés par la propagande ennemie qui exagère souvent le nombre des pertes civiles. L’agence américaine a sorti son rapport à la veille du long week-end de la fête nationale du 4 juillet, comme pour s’assurer qu’il passera largement inaperçu auprès du grand public.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.