GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juillet
Jeudi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Honduras: nouvel assassinat d'une militante écologiste

    media Une manifestation de l'ONG Copinh lors de la mort de Berta Caceres, dont était également membre Lesbia Janeth Urquia. ORLANDO SIERRA / AFP

    Son nom vient de s'ajouter à la longue liste de militants écologistes assassinés au Honduras. Quatre mois après la mort de sa collègue Berta Cáceres, Lesbia Janeth Urquia a été tuée à coups de machettes mercredi 6 juillet. L'activiste de 49 ans faisait elle aussi partie de l'ONG Copinh, le Conseil civique des organisations des peuples amérindiens du Honduras. Elle s'opposait à un projet de barrage hydroélectrique sur un fleuve du Honduras, près duquel vivent des populations indigènes.

    Il n'y a pour le moment aucun indice sur l'identité des meurtriers, mais tout porte à croire que Lesbia Janeth Urquia a été assassinée à cause de son engagement dans la défense de l'environnement.

    Il y a quatre mois, Berta Cáceres, une autre militante de l'ONG écologiste Copinh a été tuée. Elle aussi, luttait contre la construction d'un barrage. Cinq suspects ont depuis été arrêtés, liés à une entreprise qui avait menacé de mort Berta Cáceres.

    Tomas Gomez Membreño est le directeur de l'ONG Copinh. Il est inquiet. « Pour nous, ce nouveau meurtre politique signifie que les défenseurs des droits de l’homme vivent une menace permanente, mais aussi ceux qui luttent pacifiquement pour des territoires. C’est le futur qui nous attend : ils vont nous assassiner et, s’ils le peuvent, ils nous mettront en prison. »

    Tomas Gomez Membreño ne se sent pas soutenu par les autorités dans la lutte contre les abus des multinationales. « Depuis une quinzaine de jours, la police a commencé à poser des questions dans des petits commerces pour savoir ce que nous faisons. Ils parlent de nous comme des délinquants. Nous sommes en train de vivre un moment d’hostilité. »

    Selon un rapport de l'ONG Global Witness, 109 militants écologistes ont été tués au Honduras, entre 2010 et 2015.

    A (RE)LIRE → Honduras: la militante écologiste Berta Cáceres assassinée

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.