GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: Eduardo Cunha quitte la présidence de la Chambre des députés

    media Suspendu de ses fonctions, Eduardo Cunha a démissionné de la présidence de la Chambre des députés, le 7 juillet 2016. REUTERS/Ueslei Marcelino

    Nouveau coup de théâtre dans la crise politique en cours au Brésil, avec la démission d'Eduardo Cunha de la présidence de la Chambre des députés. Ce dernier avait joué un rôle important dans la destitution de la présidente Dilma Rousseff, mise à l'écart et actuellement jugée par le Sénat. Mais M. Cunha est inculpé pour corruption, et a été cité dans plusieurs affaires.

    Avec notre correspondant à Sao Paulo,  Martin Bernard

    Des sanglots dans la voix, Eduardo Cunha a remis sa démission. Il fait l’objet de nombreuses accusations de corruption et de possession d’un compte en banque non déclaré en Suisse. C’est pour cette raison que la Cour suprême l’avait déjà suspendu de ses fonctions il y a deux mois.

    Inculpé à deux reprises, Eduardo Cunha fait également l’objet d’une procédure de cassation de la part du comité d’éthique de la chambre basse. Mais il était aussi l’adversaire le plus farouche de la présidente, dont il était devenu la bête noire. C’est lui qui a conduit la procédure contre Dilma Rousseff, qui l’a qualifié de « conspirateur en chef ».

    Allié du président intérimaire Michel Temer, Eduardo Cunha est soupçonné d’effectuer une manœuvre politique en démissionnant de la présidence de la Chambre des députés. Il espère désormais pouvoir préserver son mandat de parlementaire, pour ne pas être condamné par la justice en première instance. Au Brésil, les parlementaires et les membres du gouvernement ne peuvent être jugés que par la Cour suprême.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.