GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Policiers tués à Baton Rouge: Obama appelle une fois de plus à l'unité

    media Le président américain Barack Obama a vivement réagi après le meurtre de trois policiers à Baton Rouge, en Louisiane, le 17 juillet 2016 depuis la Maison Blanche. REUTERS/Joshua Roberts

    La série noire continue pour les policiers américains. Après avoir perdu cinq des leurs à Dallas, trois autres ont été tués et trois blessés dimanche par un individu armé d'un fusil d'assaut à Baton Rouge, où avaient eu lieu des manifestations violentes à la suite de la mort d'Alton Sterling, père noir de cinq enfants, abattu le 5 juillet par des agents qui le croyaient armé.

    Le tireur identifié comme Gavin Long a été abattu le jour de son 29e anniversaire. Cet habitant du Missouri avait-il choisi de venir tuer des policiers à Baton Rouge pour venger Alton Sterling ? La police ignore pour le moment ce qui a motivé son geste meurtrier, qualifié par Barack Obama d'« acte de lâcheté ».

    « En tant que nation, nous devons être bien clair : rien ne justifie la violence contre les forces de l'ordre. Les attaques contre la police sont une attaque contre chacun d'entre nous. C'est le respect de la loi qui rend la société possible », a déclaré le président américain ce dimanche 17 juillet.

    Tensions raciales

    C'est la 15e fois que Barack Obama doit s'adresser aux Américains après une fusillade. Ce dimanche, il a une fois de plus lancé un appel à l'unité à un moment où les tensions raciales atteignent de nouveau un degré inquiétant : 63% des Américains selon un sondage mené par le Washington Post et ABC news jugent que les relations entre les races se sont détériorées.

    Les candidats à la Maison Blanche ont réagi de façon différente. Si Hillary Clinton recommande la fin des divisions,Trump a blâmé un leadership faible promettant d'être le président de la loi et de l'ordre. Obama, lui, a souhaité que les Américains tempèrent leur langage et ouvrent leurs coeurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.