GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: nouvelles manifestations pro et anti-Dilma Rousseff à travers le pays

    media Des manifestants brandissent une pancarte appelant au départ du président brésilien par intérim Michel Temer, le 31 juillet 2016 à Rio de Janeiro. REUTERS/Mariana Bazo

    A cinq jours de l'ouverture des Jeux olympiques, quelques milliers de personnes ont manifesté ce dimanche 31 juillet dans plusieurs villes du Brésil pour réclamer le départ définitif de la présidente Dilma Rousseff. D’autres groupes sont eux descendus dans la rue pour la soutenir et dénoncer le président par intérim Michel Temer. La crise politique n’en finit pas au Brésil, alors que le pays s’apprête à accueillir le plus grand évènement médiatique au monde, il est désormais partagé entre pro et anti Dilma.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

    Emmené par la droite conservatrice et parfois même par les leaders d’extrême droite, le mouvement anti-Dilma avait décidé de montrer ses muscles. Ses partisans ont défilé, vêtus de jaune et vert, les couleurs du Brésil, dans les grandes villes du pays, à Recife, Salvador, Belo Horizonte, Rio de Janeiro et Sao Paulo, pour exiger la destitution de Dilma Rousseff.

    La présidente, suspendue de ses fonctions, a elle aussi reçu des soutiens. Plusieurs cortèges ont défilé dans les rues des grandes villes ce dimanche 31 juillet pour réclamer le retour de Dilma Rousseff et le départ de Michel Temer, le président par intérim.

    La crise politique ne faiblit pas

    Une faible mobilisation de part et d’autre, à l’image d’un pays divisé, mais surtout lassé par la crise politique qui paralyse le Brésil depuis des mois. Les partisans pro-destitution ont défilé, en brandissant des figurines de Dilma Rousseff, et de l’ancien président Lula, habillés en tenue rayée, celle des prisonniers.

    Le charismatique Lula, qui doit faire face à présent à une inculpation pour entrave à la justice, dans le cadre de l’enquête sur le scandale de corruption Petrobras. A quelques jours de l’ouverture des Jeux olympiques, la crise politique qui divise désormais profondément le Brésil ne faiblit pas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.