GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La polémique enfle après les propos de Trump sur un soldat américain tué en Irak

    media Khizr Khan et son épouse lors du dernier jour de la convention démocrate, le 28 juillet 2016 à Philadelphie. AFP/Saul Loeb

    Depuis que Donald Trump a pris à partie la famille d’un officier américain mort au combat en Irak, la polémique s’amplifie aux Etats-Unis. Le père du capitaine Khan s’était exprimé jeudi dernier, dernier jour de la convention démocrate, pour demander au candidat républicain de respecter les musulmans. Le milliardaire a répondu en critiquant la mère du soldat, restée silencieuse. Les réactions indignées se multiplient de toutes parts depuis.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    Les dérapages de Donald Trump l’ont jusque-là servi, mais le milliardaire a peut-être, cette fois, insulté une personne de trop, en s’en prenant à la famille d’un officier mort en Irak. Les plus grandes organisations de vétérans ont exprimé leur émotion. Dix-sept familles de soldats tombés au combat demandent des excuses.

    Barack Obama, qui participait hier à la grande réunion des blessés de guerre, ne pouvait éviter le sujet. « En tant que commandant en chef, je suis fatigué par ces gens qui insultent l’armée américaine et ses soldats, a-t-il déclaré. Personne n’a donné plus pour notre liberté et notre sécurité que les familles des hommes tombés au combat. Elles ont fait un sacrifice que nous ne pouvons pas imaginer. Elles représentent ce qu’il y a de mieux dans notre pays ».

    Embarras chez les républicains

    L’ancien président George Bush est lui aussi sorti de sa réserve habituelle pour soutenir la famille Khan. Les leaders du parti républicain, dans l’embarras, condamnent les propos du milliardaire, mais sans le nommer.

    Enfin, le très respecté sénateur de l'Arizona, John McCain, lui-même candidat à la présidence américaine en 2008, a publié un communiqué. En tant qu’ancien combattant lui-même, il a, dit-il, l’obligation morale de s’exprimer, pour expliquer à Donald Trump que « l’investiture républicaine ne lui donne pas l’autorisation de diffamer ceux qui rendent ce pays meilleur ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.