GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: la police antiémeute a chargé les manifestants prodémocratie dans le quartier de Kwun Tong (journaliste AFP)
    • Spatial: le vaisseau «Soyouz» avec le premier robot humanoïde russe à son bord ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS
    Amériques

    Quand le Chili réalise que bien trop d'enfants meurent sous la tutelle de l'Etat

    media Au Chili, le Service national des mineurs ne sait tout simplement pas combien d'enfants sous sa responsabilité ont perdu la vie ces dernières années. MARTIN BERNETTI / AFP

    Le Service national des mineurs est au cœur de la polémique au Chili. Il a reconnu que des centaines d’enfants sous sa tutelle sont morts ces dix dernières années. Une réalité d’autant plus consternante que cet organisme d’Etat est incapable de donner le nombre précis de ces décès.

    De notre correspondante à Santiago de Chili,

    Le scandale est arrivé suite à la mort d’une fillette de 11 ans, Lissette, dans un des centres du Service national des mineurs, le Sename. Cet organisme d’Etat prend en charge plus de 100 000 enfants par an. Il gère à la fois des orphelinats et des centres de détention pour les mineurs qui ont enfreint la loi. Mais surtout, à 85 %, il gère des foyers qui accueillent des enfants qui ont été séparés de leur famille quand la justice estime que celle-ci est incapable de les élever.

    Lissette faisait partie de cette dernière catégorie. Elle était battue par son père et a été également victime d’abus sexuel. L'enfant est morte d’un arrêt cardio-vasculaire. La directrice de l’organisme a immédiatement expliqué que c’était la tristesse qui l’avait tuée : elle attendait une visite qui n’est pas venue. Une explication qui n’a convaincu personne. La directrice a finalement donné sa démission onze jours plus tard.

    Le Sename, un système en roue libre ?

    L’enquête n’est pas terminée, mais il pourrait y avoir eu négligence du foyer. L'affaire a conduit la Chambre des députés à créer une commission d’enquête sur le fonctionnement de cet organisme d’Etat. Jusqu'ici, cette commission a révélé que le personnel de ce type de foyers n’est absolument pas qualifié, qu’il administre des sédatifs et tout type de médicaments à tout va aux mineurs et sans aucun contrôle.

    Elle a également révélé que les infrastructures sont déplorables et que les ressources sont insuffisantes. Et que Lissette n'est que la dernière d’une longue liste. Combien de mineurs sous la responsabilité de l’Etat chilien sont-ils morts ? La Chambre des députés a posé la question au ministère de la Justice, portefeuille en chargé du Sename. Réponse : 185 depuis 2005. Un chiffre qui a consterné et horrifié les Chiliens.

    Une estimation encore en deçà des faits ?

    Et pourtant, ce chiffre s’est pourtant vite révélé en deçà de la réalité. La nouvelle directrice du Sename a tout simplement avoué que ses services ne savaient pas combien ils sont. Car les décès ne sont pas enregistrés comme tels. Le Sename est en train de recouper tous les registres pour pouvoir donner un chiffre précis. Il pourrait être question de près de 500 décès, dont beaucoup par négligence.

    Cette bataille des chiffres révèle un dispositif en faillite totale, incapable de protéger les enfants dont il a la charge. Par ailleurs, les défaillances du Service national des mineurs posent la question du statut des enfants dans ce pays, le Chili. Les enfants, des citoyens de deuxième catégorie parce qu’ils ne votent pas, critiquent des analystes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.