GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: une campagne pour la présidentielle américaine d’une rare violence

    media Le candidat républicain Donald Trump à l'éléction présidentielle nord américaine à Fayetteville, en Caroline du Nord.. REUTERS/Eric Thayer

    Dans la presse américaine, le candidat Donald Trump surprend encore une fois en accusant Barack Obama et Hillary Clinton d’avoir créé le groupe Etat islamique. Après ses propos ambigus sur les armes, laissant entendre que seuls les défenseurs du port d’arme pouvaient stopper Hillary Clinton, le candidat républicain s’en est pris à Barack Obama. Le New York Times raconte qu’en meeting en Floride hier soir, Donald Trump a dit que le président « était le fondateur du groupe Etat islamique » en le répétant plusieurs fois avant d’ajouter que la co-fondatrice de ce groupe n'était autre que, je cite, « cette tordue d'Hillary Clinton ».

    Le Washington Post considère aujourd’hui que le parti républicain devrait se débarrasser de Trump. « Il a dépassé la ligne rouge » estime le journal.

    Le magazine Politico revient également aujourd’hui sur la rhétorique de violence que Donald Trump utilise depuis longtemps. Ses soutiens adoptent cette même stratégie. L’un de ses proches par exemple avait suggéré en 2014 qu’Hillary Clinton soit « arrêté, jugé et exécuté ». Le journal raconte qu’il n’est plus rare d’entendre lors de ses meetings des cris comme « tuez-la » à propos d’Hillary Clinton. « Nous n’avons jamais vu ça dans la politique américaine » explique un analyste démocrate, « cette campagne au vitriol de Trump a dépassé ce que l’on a pu voir par le passé avec des insultes racistes. Jusqu’à présent il s’agissait de coup de sifflet, Trump est une sirène d’alarme », écrit le journal.

    Des propos violents dans une campagne américaine qui ne devraient pas être pris à la légère, écrivent aujourd’hui des proches de Kennedy dans une tribune du Washington Post. Ils reviennent sur la campagne américaine de 1968, qui s'est déroulée dans un contexte très violent avec la mort de Martin Luther King. A cette époque, Robert Kennedy avait expliqué « avec une vive émotion, son aspiration pour son pays et sa compassion pour la souffrance des autres », quelques mois avant d'être assassiné.

    « Aujourd’hui presque 50 ans après, les mots comptent toujours » écrivent les proches de Kennedy. « Ils sont l’expression directe de ce qu’il y a dans le cœur d’un candidat ». Les mots de Donald Trump faisant référence à un assassinat politique les révulsent et ne doivent pas être considérés comme une « blague ». « Nous avons suffisamment entendu la rhétorique offensive de Trump pour comprendre qu’il est fondamentalement perturbé et préoccupant ». « Les mots comptent, surtout quand ils viennent d’un présidentiable ».

    D’autant que cette campagne présidentielle violente se déroule dans une société américaine toujours aussi violente, mercredi soir un jeune de 14 ans a été tué par la police à Los Angeles. D’après les policiers, le jeune leur aurait tiré dessus, avant d’être abattu.

    Au Venezuela, Nicolas Maduro perdrait largement le réferendum révocatoire, quel que soit la date

    Au Venezuela le référendum révocatoire contre le président Nicolas Maduro ne sera surement pas organisé avant 2017, c’est ce qu'il faut comprendre du calendrier publié par le Conseil National Electoral. Mais cette question de date est capital, puisqu’après le 10 janvier, les chavistes resteraient au pouvoir jusqu’en 2019, c’est le vice-président de Nicolas Maduro qui prendrait sa place.

    En tout cas, pour El Nuevo Herald, quelle que soit la date, Nicolas Maduro a déjà perdu. Le quotidien américain en espagnol considère que Nicolas Maduro perdrait largement le référendum révocatoire. Selon un sondage réalisé à Caracas, plus de 73 % des Vénézuéliens se disent prêt à voter contre Nicolas Maduro. « Alors que le régime est en train de repousser le référendum révocatoire », pour le journal, « ce sondage montre l’échec des chavistes face à la crise économique, une situation qui a mené les trois quarts de la population à manger moins de trois repas par jour ».

    A lire dans la presse vénézuélienne également: la rencontre prévue aujourd'hui entre Nicolas Maduro et son homologue colombien, Juan Manuel Santos. « Ils se réunissent pour parler de la possible réouverture de leur frontière » selon El Universal. La frontière est fermée depuis presque un an et depuis quelques temps la Colombie a autorisé des milliers de Vénézuéliens à traverser la frontière pour s’approvisionner en nourriture et médicaments.

    Aux Jeux olympiques de Rio, la sécurité toujours un sujet de préoccupation

    Enfin, les premiers Jeux olympiques en Amérique du Sud se tiennent en ce moment à Rio de Janeiro au Brésil, où la question de la sécurité reste un enjeu majeur. Ce qui donne des Unes de la presse brésilienne tout à fait surprenantes : avec des photos d’exploit sportif et de supporters heureux et à côté des titres comme : « Des trafiquants ouvrent le feu sur des policiers à Rio ». « Cela s’est effectivement passé hier dans une favela de Rio, les policiers se sont trompés de chemin pour accéder au parc olympique de Barra, en rentrant dans la favela ils se sont fait tiré dessus par des trafiquants », explique la Folha de Sao Paulo, qui précise que cette favela du Complexo da Maré, était jusqu’alors occupée par l’armée mais l’Etat de Rio traverse une crise financière et toutes les forces de sécurité sont concentrées autour des installations olympiques, cette favela a donc rapidement été reprise par les trafiquants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.