GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 27 Mai
Lundi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Colombie: accord historique pour la paix entre le gouvernement et les FARC

    media Ivan Marquez, le négociateur des FARC (G) serre la main d'Humberto de la Calle (R), lors de l'accord de paix historique pour la Colombie conclu à La Havane, le 24 août 2016. REUTERS/Alexandre Meneghini

    C'est la fin des négociations et le début de la paix en Colombie. Les négociateurs du gouvernement et les guérilleros des FARC ont annoncé, mercredi 24 août, être arrivés à un accord de paix définitif. La nouvelle a été donnée à La Havane où se tiennent les négociations depuis 44 mois. Le conflit armé colombien dure, lui, depuis 52 ans. L'immense majorité des 47 millions de Colombiens n'a jamais connu un pays en paix.

    Avec notre correspondante à BogotaMarie-Eve Detoeuf

    « La guerre est finie ». En écoutant Humberto de la Calle, le chef négociateur du gouvernement, prononcer ces mots mercredi soir à la télévision, plus d'un Colombien a eu les larmes aux yeux.

    Le conflit armé, essentiellement rural, laisse un lourd bilan : 220 000 morts et plus de 6 millions de paysans déplacés. L'accord négocié à La Havane prévoit tout à la fois un calendrier pour la transformation des FARC en parti politique et une série de mesures pour construire un pays plus juste. Plus de 8 000 combattants vont déposer les armes dans les mois qui viennent.

    Mais, pour entrer en vigueur, l'accord doit encore être officiellement signé, à Bogota, par le chef de l'Etat Juan Manuel Santos et par le grand chef des FARC, Timochenko. Il doit ensuite être soumis aux électeurs. Et là, les choses pourraient se compliquer. La droite dure considère que le gouvernement a trop cédé aux FARC et demande la renégociation de l'accord. A cela, Humberto de la Calle a répondu que l'accord n'était pas parfait, mais qu'il était le meilleur accord possible.

    A (RE)LIRE : la fin du plus ancien conflit d'Amérique du Sud

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.