GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: l'enquête Petrobras pointe l'ancien président Lula

    media L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva. REUTERS/Adriano Machado

    Au Brésil, l’enquête sur le scandale Petrobras se dirige maintenant contre l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva. Ce vendredi 26 août, il a été inculpé de corruption passive et blanchiment d’argent. Une décision qui intervient au deuxième jour du procès en destitution de la présidente Dilma Rousseff. Cette inculpation n’est pas vraiment une surprise.

    Avec notre envoyé spécial à Brasilia, Achim Lippold

    Cela fait plusieurs mois que Lula, l’icône de la gauche brésilienne, est dans le collimateur de la justice. Il a déjà été inculpé en juillet 2016 ; on lui reproche d’avoir essayé d’échapper aux poursuites judiciaires en briguant un poste de ministre au sein du gouvernement de Dilma Rousseff.

    Mais, cette fois ci, les enquêteurs s’intéressent à l’achat d’un appartement et d’une maison de campagne. Selon la police, ces biens immobiliers ont été acquis de manière frauduleuse, avec l’aide d'OAS, une entreprise impliquée dans le scandale Pétrobras. Lula et sa femme – qui est également inculpée – auraient bénéficié d'avantages illicites d’un montant équivalent à 650 000 euros. L’avocat de l’ancien président qualifie cette accusation de « pure fiction. »

    L’étau se resserre autour de Lula

    Ce vendredi, les sénateurs ont commencé à entendre les témoins de la défense. L’ambiance était très tendue. La sénatrice Gleisi Hoffmann a qualifié le procès de « farce ». La réplique du président du Sénat, favorable à la destitution, n’a pas été moins cinglante. « Ce n’est pas un asile de fou », a-t-il lancé en direction de l’élue proche de Dilma Rousseff. L’audition des témoins se poursuit ce samedi. Et il y a peu de chances que les esprits se calment.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.