GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Avec notre envoyée spéciale et notre correspondant, retour sur le scrutin de dimanche et point sur les premières tendances qui semblent se dessiner.

    Dernières infos
    • Les prix du pétrole grimpent de plus de 10% après les attaques contre l'Arabie saoudite
    Amériques

    ONU: le Portugais Antonio Guterres, favori pour la succession de Ban Ki-moon

    media Antonio Guterres, en décembre 2015 à Genève. REUTERS/Denis Balibouse/File photo

    Les Nations unies auront en 2017 un nouveau secrétaire général. Après deux mandats, le Sud-Coréen Ban Ki-moon va passer la main, et son successeur doit être choisi par l'Assemblée générale dans les mois à venir. Pour la première fois, cette élection à l'ONU est organisée selon un processus qui se veut plus transparent. Et c'est le Portugais Antonio Guterres, ancien patron du HCR, qui tient pour l'instant la corde.

    Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier

    Ce sont toujours les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU qui proposent un nom pour le futur secrétaire général de l'organisation. Mais cette fois-ci, les candidats sont connus. De quoi se faire une idée assez précise des favoris, alors que les tendances sont censées rester confidentielles.

    Pour l'heure, ni la date du prochain vote, ni celles de l'élection finale, ne sont encore connues. Les 10 prétendants encore en lice ont une nouvelle fois été passés au crible lundi 29 août. Pour la troisième fois, les membres du Conseil de sécurité ont ainsi donné une mention d'encouragement, de découragement ou sans opinion pour chaque candidat.

    Et pour la troisième fois, le Portugais Antonio Guterres est arrivé en tête : 11 votes favorables et trois défavorables. Un score cependant légèrement moins bon que le précédent, qui était déjà moins bon que celui du 21 juillet. Mais l'ex-Premier ministre portugais, qui a aussi été dix ans Haut commissaire aux Réfugiés, reste cependant un solide favori.

    Derrière lui, les prétendants ne sont jamais les mêmes sur le podium. Cette fois, c'est le ministre des Affaires étrangères slovaque Miroslav Lajcak qui émerge. Il devance l'ex-chef de la diplomatie serbe, Vuk Jeremic, et la patronne de l'Unesco Irina Bokova, elle aussi ancienne ministre des Affaires étrangères, en Bulgarie.

    Cette dernière a longtemps semblé avoir le profil idéal pour le poste. Au-delà de son expérience, elle avait l'avantage d'être une femme et de venir d'Europe de l'Est, qualités que l'on disait décisives pour ce scrutin. Mais l'expertise incomparable d'Antonio Guterres sur le dossier brûlant des réfugiés pourrait donc être privilégiée.

    → Écouter sur RFI : Quelle succession à Ban Ki-moon ? (Géopolitique, le débat)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.