GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: les règles en cas de défection d'un candidat à la présidence

    media La candidate Hillary Clinton a été victime d'un malaise dimanche, depuis, les médias américains débattent fermement de la questoin de sa santé. REUTERS/Brian Snyder

    La santé d'Hillary Clinton continue de faire la Une aux Etats-Unis, suite à son malaise lors des commémorations du 11-Septembre. Mais au-delà du « cas » Hillary, c'est l'âge des candidats, ils ont 70 ans tous les deux, qui est en question. Les juristes révisent les règles de remplacement en cas de défection de l'un d'entre eux avant le 8 novembre.

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

    Le cas ne s'est jamais présenté pour un candidat à la présidentielle. Les deux exemples cités par les juristes concernent le décès d'un vice-président, ou sa défection juste avant le scrutin, et dans ces deux cas, le candidat a perdu. Donc le casse-tête s'est arrêté là.

    Concernant l'affaire qui déchaine la chronique aux Etats-Unis ces jours-ci, la réponse est plus complexe, car la Constitution américaine ne prévoit rien. Ce sont les partis politiques qui ont le pouvoir de décision.

    Chez les républicains, la direction a le choix entre la réunion en urgence d'une nouvelle convention, ce serait extrêmement difficile, ou une décision prise en petit comité.

    Pour les démocrates, la règle prévoit une réunion des cadres, et un vote pour choisir le remplaçant ou la remplaçante. Cela signifie que le candidat malheureux, Bernie Sanders, ne bénéficie d'aucun passe-droit. Une personnalité qui n'a pas participé aux primaires peut recevoir cette « nomination d'urgence ».

    Seule certitude, aucun président ayant déjà accompli deux mandats ne peut reprendre le flambeau. Sur ce point, la Constitution est formelle.

    A (RE)LIRE → La santé des candidats à la présidentielle américaine, un enjeu de campagne

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.