GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: Enrique Peña Nieto n'est pas à la fête sur les réseaux sociaux

    media Enrique Peña Nieto est le président le plus impopulaire de l’histoire du pays, avec seulement 23 % d’opinion favorable. REUTERS/Henry Romero

    Le Mexique célèbre ce 15 septembre sa fête nationale. Mais pour le chef de l’Etat mexicain, Enrique Peña Nieto, l’ambiance n’est pas franchement à la fête. Deux semaines après la visite à Mexico du candidat républicain Donald Trump, le président, qui était déjà très impopulaire, traverse une grave crise de légitimité. Sur Internet, les appels à la démission du président se multiplient.

    De notre correspondante à Mexico,

    Une pétition circule sur Internet pour exiger la démission d’Enrique Peña Nieto : « Ce président ne nous représente pas dignement. » Sur Twitter, il y a les hashtags qui réclament « la renuncia », la démission du chef de l’Etat. Sur le compte d’un citoyen en colère, on peut lire : « Ceci est un message à la classe politique, nous avons de la dignité et nous ne sommes pas disposés à tolérer n’importe quoi. »

    Enrique Peña Nieto est en effet au plus bas dans les sondages. C’est d’ailleurs le président le plus impopulaire de l’histoire du pays, avec seulement 23 % d’opinion favorable. 

    Depuis 2014, son gouvernement n’a cessé de décevoir les Mexicains. Il y a eu les tragédies d’Ayotzinapa, les scandales de corruption, la violence, la crise des droits de l’homme, et les mauvais résultats économiques.

    Le très controversé voyage de Trump au Mexique

    Et surtout, il y a eu la visite, très controversée, de Donald Trump à Mexico il y a deux semaines. Cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Avec la visite éclair du candidat républicain, la crise politique s’est transformée en crise de légitimité, le chef de l’Etat a même dû congédier son ministre des Finances, qui était à l’origine de la rencontre avec Trump.

    Immédiatement, sur Internet, tout le monde s’est posé la question : si l’homme fort du président démissionne, pourquoi pas Peña Nieto ?

    « Peña Démission » versus « Viva México »

    Un président qui démissionne n’est pas dans les habitudes au Mexique. Selon la Constitution, le chef de l’Etat ne peut quitter le pouvoir que pour « faute grave ». Pour ces citoyens en colère, « les fautes graves » ne manquent pas. Mais arriveront-ils à se faire entendre au-delà des réseaux sociaux ?

    Sur Facebook, un groupe de citoyens appelle à manifester. L’objectif est de se rendre devant le Palais national pour crier haut et fort « Peña Démission » : un geste symbolique, car ce soir, comme le veut la coutume, le président de la République lancera le très emblématique « Viva México » depuis le balcon du Palais national pour commémorer l’anniversaire de la guerre d’indépendance. Pas sûr donc qu’il souhaite entendre les slogans des manifestants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.