GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)
    Amériques

    ONU: un sommet sur les réfugiés et déplacés mais pas de pacte mondial avant 2018

    media Dans un camp de réfugiés à la frontière entre la Hongrie et la Serbe, le 2 septembre 2016. REUTERS/Laszlo Balogh

    C'est une première : l'ONU accueille, à partir de ce lundi 19 septembre 2016, un grand sommet sur les réfugiés et les déplacés. Une déclaration politique sera adoptée, engageant les pays à faire plus pour la protection de ces personnes, qui sont près de 65 millions dans le monde. Mais pour les ONG qui œuvrent sur le terrain, cette déclaration est très loin d'être satisfaisante.

    Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

    Pour la première fois à l'ONU, un sommet va être consacré à la question des réfugiés et des déplacés, qui concerne 65 millions de personnes à travers le monde, soit l'équivalent de la population française. L'évènement se tient en prélude à l'Assemblée générale.

    La réunion avait été annoncée avec tambours et trompettes et devait marquer un temps fort de cette Assemblée générale. Mais le sort des réfugiés (voir notre dernier dossier) devrait finalement être éclipsé par la crise syrienne, et surtout par un manque de volonté politique dénoncé par les ONG.

    « Il aurait fallu faire plus. Il aurait surtout fallu engager les Etats sur des décisions contraignantes. On n'y est pas. Mais on va essayer de rester un peu optimistes, et dire qu'il reste deux ans malgré tout pour que les Etats membres réalisent l'ampleur de ce qui se passe et considèrent la migration sous un angle non pas gestionnaire, mais un angle humain », confie Françoise Sivignon, directrice de l'association Médecins du monde (MSF).

    Les Etats, visiblement pressés d'attendre, ont en effet préféré renvoyer la question d'un pacte mondial sur les réfugiés à 2018. Mais pour Filippo Grandi, haut commissaire aux réfugiés (UNHCR), c'est un premier pas. « C'est la première fois que l'Assemblée générale s'engage à donner une réponse collective à ce phénomène. Donc, vraiment, nous avons l'opportunité d'offrir une réponse globale et de partager nos efforts », considère-t-il.

    Ce sommet sera suivi par une conférence des pays donateurs dirigée par le président des Etats-Unis, Barack Obama. On verra alors si l'engagement moral sur la question des réfugiés se double d'un engagement financier.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.