GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la tribune de l’ONU, Barack Obama dénonce la montée du nationalisme

    media Le président Barack Obama a prononcé ce mardi 20 septembre son dernier discours à la tribune de l'ONU. REUTERS/Mike Segar

    Le président Barack Obama s’est exprimé devant l'Assemblée générale des Nations unies qui débute ce mardi 20 septembre. Le président des Etats-Unis a dénoncé la montée d'un nationalisme agressif, d'un populisme grossier dans le monde entier, mais aussi, en filigrane, dans la campagne présidentielle américaine.

    Avec notre envoyée spéciale à New York, Anne Corpet

    « Les faits et l’histoire sont de notre côté, du côté des sociétés qui laissent les peuples s’exprimer », a lancé le président américain dans un long discours largement axé sur la défense de la démocratie et du libre marché. « Un monde dans lequel 1 % de la population détient 99 % des richesses ne peut pas être un monde stable », a cependant reconnu Barack Obama.

    « Je comprends que les inégalités peuvent conduire les peuples au rejet d’autrui, au repli sur soi ou à se tourner vers un homme fort qui se présente comme providentiel, mais ces choix ne conduisent nulle part », a prévenu le président.

    Evoquant le groupe Etat islamique, Barack Obama a admis que le fondamentalisme serait long à éradiquer. « Mais si notre religion nous conduit à persécuter ceux qui ont une autre foi, si elle nous empêche d’envoyer les filles à l’école, alors les bases fragiles de notre monde risquent de s’effondrer », a-t-il encore affirmé. « Chacun d’entre nous est libre de rejeter ceux qui flattent nos pires travers et de suivre ceux qui s’appuient sur nos plus belles qualités », a-t-il encore ajouté.

    Et le président américain de conclure : « dans ma propre vie, j’ai appris qu’on ne pouvait pas s’élever en abaissant autrui ».

    Avant lui, c’est Ban Ki-moon qui était à la tribune. Le secrétaire général des Nations unies a commencé son discours par un plaidoyer sur la Syrie. Il a exhorté les dirigeants du monde à mettre fin au carnage dans le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.