GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: manifestation en Californie après la mort d’un Noir tué par la police

    media Manifestation le 28 septembre 2016 devant les locaux de la police de la ville d'El Cajon, après la mort de Alfred Olango, afro-américain abattu par la police. REUTERS/Earnie Grafton

    Alfred Olango, âgé de 38 ans et originaire d’Ouganda, a été abattu mardi à El Cajon, une banlieue de San Diego en Californie. Dans les colonnes du Los Angeles Times, le chef de la police locale, Jeff Davis, explique qu’Alfred Olango a ignoré les directives des agents qui lui ont demandé de retirer la main de sa poche.

    « À un moment donné, le sujet a sorti rapidement un objet de la poche de son pantalon et a adopté ce qui ressemblait à une position de tir. Les agents de police ont alors ouvert le feu. La police a précisé mercredi après-midi que l’objet sorti par Alfred Olango était une cigarette électronique », rapporte le quotidien.

    Ce nouveau drame a provoqué des manifestations à El Cajon, à San Diego et à Los Angeles. Pour les manifestants il n’y a aucun doute : la police a tiré pour des motifs raciaux, écrit le Los Angeles Times. D’autant que la sœur d’Alfred Olango déclare avoir appelé la police à trois reprises, pour venir en aide à son frère qui souffrait, selon elle, de troubles mentaux, rapporte le San Diego Tribune.

    Une vidéo montre la jeune femme sur le lieu du drame quelques instants après la mort de son frère. Elle crie en direction des policiers : « Je vous ai appelés pour l’aider. Vous l’avez tué devant moi ». Et le quotidien local de conclure : « De nombreuses fusillades policières sont peut-être défendables devant les lois en vigueur. Mais défendable ne veut pas dire justifiable ».
     
    Le Congrès américain outre passe le veto de Barack Obama
     
    À quelques mois de la fin de son mandat, Barack Obama a vu pour la première fois son veto rejeté par le Congrès. Le président avait en effet opposé son veto à une loi qui autorise les proches des victimes du 11-Septembre à poursuivre l’Arabie saoudite. Barack Obama avait invoqué la sécurité nationale. Lever l’immunité d’un État présenterait, selon lui, un dangereux précédent puisque les États-Unis risqueraient à leur tour d’être poursuivis en justice à travers le monde.

    « Ces derniers jours, certains élus du Congrès avaient en effet fait part de leur malaise vis-à-vis de ce texte », rapporte le Washington Post. « Mais cela n’a pas empêché une très large majorité bipartisane dans les deux chambres de passer outre le veto présidentiel ».

    Le New York Daily News se félicite de ce qu'il qualifie de « courage des élus » : « De voir le président placer les prérogatives d’une riche famille royale pétrolière avant les droits des victimes américaines du terrorisme était en effet odieux ».
     
    Près de sept Vénézuéliens sur dix souhaitent révoquer leur président
     
    Près de sept Vénézuéliens sur dix voteraient pour le départ du président socialiste Nicolas Maduro en cas de référendum pour le révoquer. C’est le résultat d’un sondage de l’institut Venebarometro auprès de 1 200 personnes, publié ce mercredi, écrit El Universal. Seulement voilà : l’opposition se bat toujours pour obtenir ce référendum révocatoire. L’avant-dernière étape de ce long processus se tient du 26 au 28 octobre.

    L’opposition doit recueillir 4 millions de signatures, soit 20 % de l’électorat. Ce vote se fait de manière électronique, rappelle El Nacional. Mais le Conseil national électoral souhaite déployer seulement 5 392 machines. Un chiffre qui, selon l’opposition, rend mathématiquement impossible le recueil des signatures en nombre suffisant.
     
    La situation qui inquiète les voisins du Venezuela. Dans un communiqué, les ministres des Affaires étrangères de six pays latino-américains, réunis à Mexico, se disent préoccupés par les mesures prises par les autorités électorales vénézuéliennes. Des mesures qui, selon les signataires, affectent la tenue du référendum révocatoire. D’après le journal Milenio, les chefs de la diplomatie de l’Argentine, du Brésil, du Chili, du Paraguay, du Mexique et du Pérou proposent à nouveau leur aide pour renouer le dialogue entre le gouvernement de Caracas et l’opposition.
     
    Les cultivateurs boliviens de coca veulent un quatrième mandat de Morales
     
    En Bolivie, les cultivateurs de coca souhaitent que le président Evo Morales puisse briguer un quatrième mandat. Les « cocaleros », comme on les appelle, disent explorer toutes les voies disponibles pour organiser un nouveau référendum afin de changer la Constitution bolivienne en ce sens, annonce La Razon. Le journal rappelle qu’Evo Morales a perdu un référendum sur le même sujet en février dernier.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.