GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Italie: à Venise, la place Saint-Marc fermée à cause d'une nouvelle inondation
    • Reconnaissance faciale en France: la Cnil dit oui à l'expérimentation mais dans un cadre strict
    • L'Irak «ne sera plus le même» après la contestation (ayatollah Sistani)
    • La justice française remet en liberté Vincenzo Vecchi, réclamé par les autorités italiennes
    • Pékin accuse Londres de «jeter de l'huile sur le feu» après l'agression d'une ministre hongkongaise
    • Chutes de neige en France: 300 000 foyers privés d'électricité dans quatre départements (Enedis)
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    Amériques

    Nobel de la paix pour Santos: quid du processus de paix avec les FARC?

    media Le président colombien Juan Manuel Santos (C), le stylo-balle à la main, et le chef des FARC (D) lors de la signature de l'accord de paix, le 26 septembre 2016 à Carthagène. REUTERS/John Vizcaino

    Juan Manuel Santos, le président colombien, a été récompensé ce vendredi 7 octobre par le prix Nobel de la paix pour les négociations de paix engagées avec la guérilla marxiste des FARC, la plus ancienne du continent latino-américain. Juan Manuel Santos voit dans cette récompense un grand encouragement et la dédie au peuple colombien. Selon lui, la paix est « très, très proche » mais l'accord, rejeté par une petite majorité d'électeurs lors du référendum du 2 octobre, suscite aussi une violente opposition chez certains Colombiens dont le chef de file est l'ancien président Uribe.

    Il était encore très tôt en Colombie lorsque l'annonce du nom du lauréat du prix Nobel est tombée, 4 h du matin heure locale, rapporte notre correspondante, Marie-Eve Detoeuf. Toutes les radios ont immédiatement mis en place des émissions spéciales pour commenter ce prix Nobel.

    L'évènement tombe dans une situation politique très complexe, puisque dimanche dernier, les électeurs ont refusé par une très courte majorité l’accord signé avec les FARC. Selon les résultats officiels du référendum, le « non » l’a emporté avec 50,21 % contre 49,78 % pour le « oui ».

    De fait, ce prix est un ballon d'oxygène pour le chef de l'Etat. Même Alvaro Uribe, ex-président colombien qui a mené campagne pour le « non », a félicité sur Twitter ce vendredi son successeur, espérant cependant que le Nobel permette de changer des accords décrits comme « nocifs pour la démocratie ». Sur les réseaux sociaux, les opposants à l'accord espèrent en effet que ce prix Nobel va pousser les FARC à accepter de renégocier la paix.

    Ni Santos ni Uribe n'ont de plan B

    Ce prix Nobel va-t-il donc pousser les uns et les autres à trouver une issue à la crise politique créée par le rejet de l’accord de paix ? La situation est mouvante. Au soir de sa défaite électorale, Santos, très affaibli politiquement, avait appelé à un « grand dialogue national pour sauver la paix ». Mais d’aucuns considéraient que le président Santos qui, depuis six ans, a tout misé sur cet accord de paix avec la guérilla, était fini politiquement.

    Depuis, l’ex-président Alvaro Uribe a néanmoins du mal à capitaliser sur sa victoire électorale. Personne ne veut voir la paix capoter définitivement, mais personne ne sait comment l’accord peut être renégocié, même pas Alvaro Uribe, qui avait fait de la renégociation du texte son cheval de bataille de la campagne du référendum. Le prix Nobel attribué à Santos conforte sa position, mais il n'est pas sûr qu'il permettre de sauver l'accord de paix.

    Jimena Reyes: «C'est un pari sur l'avenir. Il y a un vrai danger que le processus de paix s'interrompe, on est à la croisée des chemins»

    Responsable du bureau Amériques de la FIDH, la Fédération internationale des droits de l'homme

    07/10/2016 - par Sylvie Noël Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.