GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Après l'ouragan Matthew en Haïti, Port-Salut est en ruines [Reportage]

    media Le bureau de direction de l'école de Port-Salut après le passage de l'ouragan Matthew. Ou plutôt ce qu'il en reste, avec ces quelques documents séchant au soleil. REUTERS/Andres Martinez Casares

    Avant que Matthew ne passe par là, Port-Salut était une destination touristique prisée sur la côte sud haïtienne. Mais l'ouragan a dévasté cette petite ville côtière d'environ 50 000 habitants, dont la plupart ne vivent pas en centre-ville mais dans les zones rurales, sur les montagnes alentour, nouvelle étape du carnet de route de nos envoyés spéciaux en Haïti.

    Avec nos envoyés spéciaux aux Cayes,  Stefanie Schüler et Marc Kingtoph Casimir

    A la lumière du petit matin, à Port-Salut comme à Roche-à-Bateau, le paysage est apocalyptique. Les seules habitations à avoir - à peu près - résisté à la violence du passage de l’ouragan Matthew sont les maisons en béton. Toutes les autres ont été au mieux gravement endommagées, au pire réduites à néant.

    La côte a été touchée de plein fouet. Les habitants des deux villes font ce qu’ils peuvent pour reprendre leur vie au milieu des débris et d’une nature ravagée. Tout ce qu’ils ont pu sauver des décombres est exposé au soleil : des vêtements, des matelas, des couvertures, des livres et des documents officiels.

    Aux dernières nouvelles, selon les autorités haïtiennes, l'aide est enfin en route. Ce samedi matin, dix camions, envoyés par le gouvernement et chargés de nourriture, d’eau potable et de médicaments, partiront de Port-au-Prince en direction des villes côtières du sud. Quatre autres ont déjà été envoyés la veille dans la ville des Cayes.

    Le risque d'un nouvel exode vers la capitale

    Mais pour l'heure, les habitants des villes côtières comme Port-Salut sont livrés à eux-mêmes. Et un sentiment d’abandon s’est installé au sein de cette population qui manque de tout et qui ne comprend pas pourquoi l’aide tant attendue n’est toujours pas arrivée.

    Le visage de Wilson Dénard traduit la fatigue et l'angoisse des derniers jours. Le maire de Port-Salut s'inquiète particulièrement pour les populations de certaines sections communales de sa ville, dont il est toujours sans nouvelle depuis mardi. Et pour survivre, les habitants du petit centre-ville pourraient bientôt partir vers Port-au-Prince.

    Wilson Dénard craint que ce nouvel exode rural vienne grossir encore un peu plus les quartiers défavorisés de la capitale. Mais « si les gens n'ont pas d'eau, pas de nourriture et pas de vêtements, s'ils dorment à la belle étoile, la mairie seule ne pourra pas leur venir en aide et du coup, on ne pourra pas empêcher leur départ », explique-t-il.

    Port-Salut, le 7 octobre 2016. REUTERS/Andres Martinez Casares

    « Nous allons exiger de nouvelles normes »

    Le maire de Port-Salut demande à la communauté internationale « d'agir vite pour que les gens voient au moins une lueur d'espoir. Parce que là, ils n'ont rien ! Je veux qu'on les traite dignement. Dans aucun autre pays sérieux, on abandonnerait une population pendant quatre jours dans de telles conditions. »

    Si le maire de Port-Salut appelle la communauté internationale à l'aide, il est tout de même conscient que des efforts doivent aussi être menés au niveau local pour éviter à l'avenir des catastrophes d'une telle ampleur. « C'est la raison pour laquelle nous allons exiger de nouvelles normes de construction sur les zones côtières », dit Wilson Dénard.

    « A l'avenir, chaque personne qui voudra construire devra avoir l'autorisation de la mairie. Donc, au niveau de la mairie, nous allons accorder beaucoup d'importance aux normes de construction. Si toutes les constructions avaient respecté les normes, on n'aurait pas eu autant de dégâts », observe l'élu.

    La ville est totalement détruite. La mairie est dépassée par les évènements. On pourrait dire que l'Etat haïtien l'est également. C'est pourquoi on demande à la communauté internationale de nous soutenir.

    Wilson Dénard, maire de Port-Salut, en appelle à l'aide extérieure 08/10/2016 - par Stefanie Schüler Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.