GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Bangladesh réclame des zones de sécurité supervisées par l'ONU en Birmanie (Première ministre)
    • Le Conseil de sécurité dit son opposition au référendum d'indépendance du Kurdistan
    • Kim Jong-un promet de faire «payer cher» à Trump ses menaces contre la Corée du Nord (KCNA)
    • Séisme au Mexique: les autorités démentent la présence d'une fille vivante sous les ruines d'une l'école
    Amériques

    Washington accuse Moscou d'espionnage informatique: «foutaises» pour le Kremlin

    media Barack Obama, qui a voté hier vendredi 7 octobre, pour la présidentielle de novmebre prochain de façon anticipée, réfléchit à une manière de répondre aux attaques informatiques imputées à la Russie, sans cependant risquer un cyberconflit. REUTERS/Jonathan Ernst

    Décidemment, rien ne va plus entre Washington et Moscou. La tension entre les deux pays - déjà engagés dans une bataille diplomatique sur le conflit syrien - est encore montée d'un cran ce vendredi : le gouvernement américain a ouvertement accusé les autorités russes de piratage informatique dans le but d'influencer le processus électoral américain. Rappelons que les élections présidentielles américaines doivent se tenir le 8 novembre prochain.

    Cette fois-ci, c'est officiel. A un mois de l'élection présidentielle, l'administration de Barack Obama pointe la Russie comme responsable des cyberattaques contre le parti démocrate. « Ces vols et ces piratages ont pour but d'interférer dans le processus électoral américain », indique dans un communiqué la direction du Renseignement américain (ODNI).

    Washington avait déjà émis des soupçons à l'égard de Moscou mais sans l'accuser directement. La prudence n'est donc plus de mise. « Seuls des hauts responsables russes ont pu autoriser ces activités », déclare le directeur des renseignements américains, James R. Clapper. Tout le monde l'aura compris : cette accusation s'adresse en fait au président Vladimir Poutine même s'il n'est pas nommé directement.

    D'après les responsables américains, le gouvernement russe aurait orchestré une campagne de piratage d'emails de personnes et d'institutions qui ont été publiés sur les sites Wikileaks, DCLeaks.com et Guccifer 2.0, les deux derniers sites étant liés aux renseignements russes, d'après Washington.

    Le Kremlin a immédiatement qualifié ces accusations de «foutaises». Le site Wikileaks a lui aussi réagit, à sa manière: il a publié des émail piratés du directeur de campagne de Hillary Clinton. Celle-ci, qui avait d'ailleurs exprimé ses craintes à ce sujets, a été auditionnée cet été par le FBI qui enquête sur son utilisation d'une messagerie privée lorsqu'elle était à la tête de la diplomatie américaine.

    D'après l'entourage de Barack Obama, le président réfléchit à la meilleure façon de répondre à ses attaques. L'objectif est de prendre des décisions fermes sans pour autant risquer un cyber conflit avec la Russie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.