GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    [Reportage] Haïti: «ceux dont la maison a tenu debout aident les autres»

    media Un habitant de Jérémie tente de reconstruire sa maison détruite après le passage de l'ouragan Matthew. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Après le passage de l’ouragan Matthew, des centaines de milliers de familles haïtiennes se trouvent sans toits. Les abris provisoires ne sont pas suffisamment nombreux pour accueillir tous les sinistrés. Et bon nombre d’habitants des zones affectées par l’ouragan passent leurs nuits dehors, dans une situation d’extrême précarité. Mais la catastrophe suscite aussi de la compassion. Ainsi, certains Haïtiens plus chanceux ouvrent leurs portes aux familles sans abris.

    Avec notre envoyée spéciale à Haïti,  Stefanie Schüler

    Pestel est une petite commune côtière de la Grand’Anse. Evelyne Ferrari se tient dans la porte de sa grande maison et regarde la mer. « Dans le temps, j’avais un magasin, ici, au rez-de-chaussée. Mais à cause de la situation économique du pays, j’ai fait faillite. J’avais ensuite beaucoup de plantations de café et de manioc. J’ai donné du travail aux autres et c’est aussi de ça que j'ai nourris mes enfants. Mais maintenant, tous nos champs sont ravagés », dit-elle.

    La maison d’Evelyne Ferrari a été inondée par le passage de l’ouragan. Après avoir péniblement nettoyé le rez-de-chaussée rempli de boue, elle a ouvert ses portes à ses voisins qui ont tout perdu :

    « Il y a des gens plus malheureux que moi. Il me reste encore cette maison pour vivre alors qu’il y en a qui n’ont même pas un toit. Alors ceux dont la maison a tenu debout aident les autres. Toute la population y participe. En les accueillant, je me fais plaisir. Il faut s’aimer les uns les autres, se soutenir mutuellement avec beaucoup d’amour. Nous sommes chanceux. Nous avons perdu nos maisons et tout le reste, mais nous avons la vie sauve ».

    A (re) lire → En Haïti, conseils de prévention à adopter face au choléra

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.