GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 21 Janvier
Mercredi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Bataille de Mossoul: le Pentagone se dit «satisfait» du début de l'offensive

    media Des combattants Peshmergas, photographiés lors de l'offensive contre l'EI, à Mossoul, le 17 octobre 2016. REUTERS/Azad Lashkari

    Le Pentagone s’est dit « satisfait » du début de l’offensive pour la reprise de Mossoul. Selon son porte-parole, Peter Cook, les Irakiens ont à peu près atteint leur objectif du jour. Le secrétaire à la Défense, Ashton Carter, a salué « un moment décisif dans la campagne pour infliger au groupe EI une défaite durable ». Pour les Etats-Unis, et peut-être plus encore pour Barack Obama, l’enjeu de cette offensive est important.

    Avec notre correspondant à Washington Jean-Louis Pourtet

    La reconquête de Mossoul pourra montrer que la stratégie de Barack Obama était la bonne : laisser les troupes locales livrer le combat terrestre contre les jihadistes et les aider en leur fournissant le support aérien, l’équipement, la formation, la logistique, mais pas de forces au sol.

    A (RE)LIRE : bataille de Mossoul, enjeux et symbole

    Le président américain honore ainsi sa promesse de 2008 de ramener les « boys » à la maison et de mettre fin aux guerres d’Afghanistan et d’Irak. Les Etats-Unis restent tout de même encore impliqués militairement avec quelque 6 000 hommes sur le territoire irakien. Ce que tous les officiels soulignent, c’est que la reprise de Mossoul pourra prendre des semaines, voire des mois, et insistent bien sur le fait – élection oblige – qu’aucun soldat américain ne participe aux combats sur le terrain.

    Pour Anthony Cordesman, du Centre des études stratégiques et internationales, si Mossoul est reprise, « ce sera un succès qui contribuera à restaurer la crédibilité et l’influence des Etats-Unis. Il contrebalancera le succès de la Russie en Syrie et rétablira un certain degré de confiance de la part des alliés arabes de Washington ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.