GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Samedi 24 Juin
Aujourd'hui
Lundi 26 Juin
Mardi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Elections municipales au Chili dans un contexte de crise inédite

    media Silhouette d'un militaire chilien à l'intérieure d'une école réquisitionnée comme bureau de vote pour les élections municipales du 23 octobre 2016. REUTERS/Ivan Alvarado

    C’est la première élection depuis les élections présidentielles et parlementaires de 2013. A l’époque, la droite au pouvoir a subi un lourd revers, battue par la Nouvelle Majorité, coalition de centre-gauche portée par l’actuelle présidente, Michelle Bachelet. Mais à un an de la prochaine présidentielle, la situation politique au Chili est plus que jamais tendue.

    « Le Chili connaît sa pire crise institutionnelle et politique depuis le coup d’Etat militaire de Pinochet, en 1973. » C’est ce qu’a déclaré récemment Ricardo Lagos, ancien chef d’Etat et candidat aux présidentielles de l’an prochain.

    Le pays est miné par des scandales de corruption à répétition depuis 2014. A droite d’abord. Des responsables de l’UDI, le principal parti d’opposition, sont soupçonnés d’avoir détourné de l’argent pour la campagne de l’ancien président, Sebastián Piñera.

    A gauche, ensuite. La présidente Michelle Bachelet paie lourdement une affaire de trafic d’influence impliquant son fils et sa belle-fille. Le ralentissement économique et l’impopularité de ses principales réformes ont fait chuter sa cote de popularité à 15% d’opinions favorables.

    Les seuls qui pourraient tirer leur épingle du jeu lors de ces municipales, ce sont les anciennes têtes de file du mouvement étudiant de 2011. L’un d’entre eux, Andrés Dibán, est en passe de l’emporter à San Miguel, une commune de l’agglomération de Santiago, capitale du Chili.

    Mais l’abstention risque d’être massive. Une campagne lui est même dédiée, « Ellos no son Chile », « ils ne représentent pas le Chili », portée par plusieurs mouvements étudiants.

    Dans ces élections, un demi-million de Chiliens ne pourront pas voter à cause d’un erreur dans le recensement électoral : ils ont été inscrits avec une mauvaise adresse.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.