GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: crise politique au Venezuela

    media Des partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro ont fait irruption dans une session de l'Assemblée nationale à Caracas dimanche 23 octobre 2016. Reuters/Marco Bello

    Le Parlement du Venezuela, dominé par l'opposition, a accusé dimanche 23 octobre 2016 les autorités gouvernementales d'avoir perpétré « un coup d'Etat » après la suspension du processus de référendum révocatoire contre le président Nicolas Maduro. Les députés de l’opposition, au cours d'une séance houleuse de quatre heures, suspendue pendant 45 minutes à la suite de l'irruption dans l'hémicycle de partisans de Nicolas Maduro, ont appelé les citoyens vénézuéliens à défendre la démocratie. Pour le journal d’opposition Tal Cual, le Venezuela « ce n’est pas une démocratie, c’est une dictature ».Un avis que le site de la chaîne de télévision pro-gouvernementale Telesur ne partage pas. Bien au contraire. On peut y lire le discours d’un député chaviste du PSUV qui rappelle le « passé anti-démocratique de l’opposition au Venezuela ».

    En Une d’El Nacional, c’est un autre son de cloche : « Le parlement appelle à la rébellion du peuple », titre le quotidien en saluant la décision de ces milliers de femmes qui sont descendues dans la rue, samedi dernier, pour protester contre le président Nicolas Maduro. Elles ne seront jamais vaincues, « jamas seran vencidas », titre El Nacional.

    Clinton délaisse Trump et se concentre sur le Sénat

    La candidate démocrate à la présidence, Hillary Clinton, mène une campagne tout azimut. Une campagne que le New York Times qualifie de plus en plus « agressive ». L’objectif est de consolider l’avance d’Hillary Clinton sur son rival Donald Trump. En fait, « la candidate ne cherche plus, une simple victoire à la présidentielle », selon le New York Times. Elle demande aux électeurs de lui donner une grande marge de manœuvre au Congrès en punissant les parlementaires républicains qui soutiennent Donald Trump. »A en croire le site d’information Politico, « Clinton a décidé aussi de ne plus répondre aux attaques de son rival ». Elle se concentre à présent sur les élections au Sénat et espère que Donald Trump - par ses frasques- continuera à faire parler de lui.

    La bataille du CETA vu du Canada

    Alors que la Wallonie refuse de donner son feu vert à l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, « la pression s’accentue sur la Belgique », titre La presse. Le journal canadien cite la ministre canadienne du Commerce international, Chrystia Freeland, qui reproche aux Européens leur incapacité à ratifier l’accord. « Le Canada a raison d’être en colère contre l’Union européenne », estime pour sa part The Globe And Mail. Le Ceta est suspendu au vote de la Wallonie, une région dont peu de Canadiens ont entendu parler jusqu’à présent. En tout cas une chose est sûre, d’après le journal canadien : « Si les négociations échouaient, ce serait un coup dur pour l’Union européenne, car cela remettrait en cause la capacité de l’Union de se relever après le Brexit et de relancer un projet fédérateur ».

    Haïti : Matthew relance le débat sur l’environnement

    Que proposent les candidats à la présidence en matière d’environnement, c’est le sujet de l’éditorial du National. Selon le quotidien, c’est un secteur systématiquement négligé par les gouvernements qui se sont succédé au pouvoir. Le journal souligne que, « jamais la problématique de l’environnement, dans le contexte post-Matthew, n’aura été le point focal où sont attendus les candidats à la présidence ». Mais très peu de candidats affichent un programme en faveur de l’environnement. Pour la plateforme Pitit Dessalines et son leader Moïse Jean Charles, il y a trois priorités, constate Le National : « la reprise du contrôle intégral du territoire national ; le développement de la cohésion sociale et dynamisation de l’économie. »

    De son côté, pour le parti haïtien Tèt Kale (PHTK) la solution passe nécessairement par une politique « d’aménagement du territoire ». Son porte-parole Guichard Doré estime que si « Jovenel Moïse est élu, certaines zones seraient déclarées d’utilité publique, d’autres réservées à l’industrie ou à l’agriculture. » Le National précise avoir contacté « d’autres candidats à la présidence sur la problématique de l’environnement », qui jusqu'ici sont restés silencieux. La campagne électorale sera officiellement relancée à partir du 7 novembre prochain. Les élections sont prévues le 20 novembre prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.