GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 8 Novembre
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti: les conséquences politiques et sociales de l'ouragan Matthew

    media Une route en morceaux après le passage de Matthew à Port-a-Piment, le 9 octobre 2016. REUTERS/Andres Martinez Casares

    Cela fait près d'un mois que le cyclone Matthew est passé sur Haïti en ravageant la moitié sud du pays. Des dizaines de milliers de sinistrés s'entassent toujours dans des abris, le plus souvent sans eau ou nourriture. Avec le soutien des institutions bancaires internationales, les autorités viennent seulement de chiffrer les dégâts : le passage de l'ouragan a causé pour près de 2 milliards de dollars de destructions, ce qui représente 20% du PIB national. Mais au-delà de ces conséquences économiques, l'ouragan menace encore davantage la stabilité politique et sociale du pays.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince Amélie Baron

    Dans ce qui était le grenier d'Haïti, l'agriculture a quasiment été réduite à néant : les économistes chiffrent à environ 600 millions de dollars les pertes pour ce secteur-clé de l'économie haïtienne. Par ailleurs, plus de 175 000 personnes ont perdu leur logement dans cette catastrophe et ces destructions sont elles aussi estimées à près de 600 millions de dollars.

    Aujourd'hui, le défi pour l'Etat est de nourrir et loger ces dizaines de milliers de sinistrés mais ça n'est pas tout, car le gouvernement en place, gouvernement provisoire, a toujours à remplir sa mission, c'est-à-dire organiser les élections et notamment la présidentielle dont le premier tour, qui s'était tenu en octobre dernier, a été annulé en raison de fraudes massives.

    Le problème est de parvenir à trouver des endroits où accueillir le 20 novembre ces opérations électorales dans les régions sinistrées : plus de 500 écoles y ont été endommagées ou sont totalement détruites.

    Installer des bâches plastiques et des tentes est la solution trouvée par les autorités, mais encore faut-il faire parvenir ce matériel dans les zones affectées, là où la population s'inquiète bien plus de savoir comment elle va trouver à manger et à boire que de choisir qui seront ses futurs dirigeants.

    A (RE)ECOUTERMatthew, un ouragan dévastateur

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.