GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: Rio la fêtarde se choisit un maire puritain

    media Marcelo Crivella a conquis la mairie de Rio de Janeiro. L'homme s’est présenté aux électeurs comme étant plus tolérant et modéré. REUTERS/Ricardo Moraes

    La déroute de la gauche est confirmée à l’issue du second tour des élections municipales au Brésil. Le Parti des travailleurs de Dilma Rousseff, destituée en août 2016 pour maquillage des comptes publics, n’a conquis aucune des 26 capitales régionales. Symbole du virage à droite, Rio de Janeiro, la deuxième ville du pays, capitale mondiale du carnaval et de la fête, va être dirigée par un évangélique puritain. Portrait.

    Avant de devenir sénateur conservateur du Parti républicain brésilien, Marcelo Crivella, évêque de la puissante Eglise universelle du royaume de Dieu, a eu plusieurs vies.

    Chauffeur de taxi, militaire, missionnaire en Afrique, chanteur de gospel. Il a même été ministre de la Pêche dans le gouvernement de Dilma Rousseff entre 2012 et 2014, mais il a su prendre ses distances avec cette gauche brésilienne minée par les scandales de corruption.

    Tout comme il a su lisser son image durant la campagne des municipales. La presse a eu beau exhumer un livre de la fin des années 90 dans lequel il accusait l’Eglise catholique de « prêcher des doctrines démoniaques » et qualifiait l’homosexualité de mal terrible, il n’a pas eu de mal à vaincre le candidat de l’extrême gauche, Marcelo Freixo.

    Paradoxe

    Balayant ce qu’il a appelé des « erreurs de jeunesse », Crivella s’est présenté aux électeurs comme étant plus tolérant et modéré, ouvert même au mariage gay. Ce qui ne l’a quand même pas empêché d’accuser son adversaire de vouloir populariser les avortements ou légaliser la cocaïne.

    Reste que l’élection d’un évêque évangélique puritain, dans un pays très catholique et de surcroit à Rio, capitale mondiale du carnaval, de la fête, et de tous les excès peut sembler paradoxale. Crivella a reçu le soutien des milieux défavorisés, où le culte évangélique gagne du terrain. Mais il a aussi profité du fait que les électeurs n’avaient pas vraiment un grand choix, après la rupture de l’alliance entre le Parti des travailleurs et le parti de centre droit du maire sortant Eduardo Paes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.