GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
    • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
    • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
    • Donald Trump renonce à accueillir le G7 2020 dans son golf en Floride
    Technologies

    Gourou de la Silicon Valley et pro-Trump, Peter Thiel joue les funambules

    media Peter Thiel devant le National Press Club de Washington, le 31 octobre 2016. SAUL LOEB / AFP

    A une semaine du scrutin présidentiel aux Etats-Unis, l'entrepreneur star de la tech californienne Peter Thiel a décidé de mettre des mots sur son sulfureux soutien au candidat Trump. Un soutien perçu comme une hérésie dans la très progressive Silicon Valley.

    Lorsque le 21 juillet 2016, le visage de Peter Thiel, co-fondateur du système de paiement en ligne Paypal et investisseur avisé de la Silicon Valley, est apparu sur l’écran géant du Quicken Loans Arena de Cleveland, nombre d’entrepreneurs entre Oakland et San Francisco en ont avalé leur bagel de travers. On savait l’homme imprévisible et chantre de toutes les libertés. On lui connaissait un flair formidable, ce « sentir les choses » qui lui avait fait mettre, le premier, un petit billet - de 500 000 dollars tout de même - sur une jeune société en pleine croissance en 2004, Facebook.

    Et voilà que s’avance prestement à la tribune, ce jour de juillet, devant un parterre de supporters républicains chauffés à blanc, l'enfant du pays - il a grandi en partie à Cleveland -, un presque quinquagénaire bien mis quoiqu’un brin stressé, la déclamation raide mais célère : « Je ne suis pas politicien, mais Donald Trump non plus, il est un bâtisseur, et il est temps de rebâtir l’Amérique. »

    Soutenir le candidat, pas l'homme

    L'enthousiasme de Peter Thiel ne fut pas communicatif sur les campus californiens. Et l'agacement l'emporta sur l'incrédulité lorsque mi-octobre, son don d'1,25 million de dollars en faveur du candidat républicain fut rendu public. Sur tout cela, croyait-il, ou lui suggérait-on, il devait s'expliquer. Ce qu'il fit ce lundi devant le National Press Club de Washington.

    Le débit était aussi alerte qu’il y a trois mois, le stress moins perceptible même si le milliardaire a souvent peiné à trouver ses mots face aux questions des journalistes. Car toute la difficulté - et la stratégie - de Thiel est d’épouser le programme du candidat Trump, jusqu’à reprendre au mot près la rhétorique anti-Clinton, tout en prenant ses distances avec l’homme, le personnage sulfureux à l’invective facile dont le milliardaire ne semble pas friand. Peter Thiel est sur un fil, car prendre fait et cause pour le républicain est la « première chose conventionnelle » mais aussi « de grande » qu’il a fait dans sa vie, martèle-t-il. Une idée de l’Amérique « partagée par la moitié des Américains ». Et « voilà que c'est controversé ! »

    Vilain petit canard de la « Valley »

    Conventionnel n’est sans doute pas le terme qu’auraient employé ses collègues de la Silicon Valley. L’industrie des nouvelles technologies, nichée au sud de San Francisco, a pris fait et cause pour Hillary Cinton, dans un élan quasi unanime. Selon Crowdpac, une organisation non partisane qui surveille les dons aux candidats, la démocrate y avait levé près de 7,7 millions de dollars là où Trump n’est reparti qu’avec 300 000 dollars. Peu avant la convention républicaine, 140 des plus éminents entrepreneurs de la tech - parmi lesquels le co-fondateur de la messagerie Slack, Stewart Butterfield, ou celui de Twitter, Evan Williams - avaient également signé une lettre ouverte contre la candidature de Trump. Peter Thiel est donc le vilain petit canard.

    S'il reconnaît que la Silicon Valley lui en veut, ses partenaires d’affaires les plus proches, il l’assure, ne lui en font pas cas. Il affirme même qu’un « petit groupe » d’entrepreneurs ont une démarche similaire, même s’ils ne peuvent l’afficher publiquement. « Je croyais que la Silicon Valley était assez libérale, assez démocratique, elle a largement soutenu Obama en 2008 et je ne m’attendais pas à une réaction si forte. » Mais il dit ne pas craindre de représailles.

    Pourtant, celles-ci ont déjà commencé. Lorsque que la donation d’1,25 millions de dollars fut connue, l’ancienne patronne de Reddit, et actuelle de Project Include, une organisation de promotion de la diversité, a mis fin aux relations que son groupe entretenait avec Y Combinator, l’incubateur de startup dans laquelle Thiel est associé, pour des raisons « d’incompatibilité » de valeurs (lire ici le billet publié sur Medium).

    Plus retentissant encore, des voix se sont élevées pour que le « visionnaire » de la tech, pourtant investisseur de la première heure dans Facebook, soit évincé du conseil d’administration de la firme de Zuckerberg, forçant ce dernier à diffuser un mémo interne expliquant « qu’on ne peut pas créer une culture qui dit que nous tenons à la diversité puis qui exclut presque la moitié du pays parce qu’elle soutient un candidat. »

    Mais l’homme a de la ressource : une fortune estimée à 3,3 milliards de dollars par Forbes, et surtout une prise de capital dans bon nombre de sociétés de référence de la « Valley » (Spotify, AirBnb, SpaceX) via son fonds de capital-risque Founder Fund. Il est également à l'orgine de Palantir, acteur majeur des mégadonnées (ou « Big data ») aux liens controversés avec les services de renseignement.

    Des propos « inaproppriés »

    Peter Thiel n’en est en réalité pas à sa première apparition dans l’arène politique, et est encore moins un inconnu chez les républicains. Bien que beaucoup moins exposé qu’en cette année 2016, il avait auparavant ardemment soutenu la candidature du libertairien Ron Paul en 2008 et 2012, avant de prendre partie pour le milliardaire Romney, avec qui, depuis, il a investi dans une société spécialisée dans la « smart home ». Localement, en Californie, il a aussi misé sur quelques conservateurs qui partagent ses idées.

    Seulement cette fois, le candidat des républicains est un outsider, étranger au sérail, et dont le franc-parler et les propositions ont jeté le malaise jusqu’au sein du comité le plus reculé du « Grand Old Party ». « Il n’est pas humble », concède timidement Thiel, avant de reconnaître que les propos de Trump diffusés le mois dernier - mais datant d’il y a dix ans - sur les femmes étaient « inappropriés ».

    Mais le tempérament est moins important que la vision, selon Thiel, qui a plutôt fait l'éloge de Trump le businessman, jugeant plus que positivement son action dans un secteur - l'immobilier - très difficile, et « très éloigné de la tech », son propre domaine de compétence*. Et comment Thiel pourrait reprocher le manque de tact du milliardaire new-yorkais, quand lui-même est accusé d'avoir coulé financièrement le site d'infomation américain Gawker, qui avait révélé son homosexualité en 2007, en finançant à hauteur de 10 millions de dollars le procès de l'ex-catcheur Hulk Hogan contre la publication ?

    Ce lundi, et de manière systématique, le co-fondateur de Paypal a relativisé les déclarations les plus controversées, arguant par exemple que les « médias le [prenaient] trop souvent au pied de la lettre », notamment sur la question de l’immigration. Or, cette question est chère aux entrepreneurs de la côte ouest, dont la position est claire : sans apports extérieurs, point d’innovation. Et sur ce point, Peter Thiel a clairement botté en touche.

    L'Amérique, ce Titanic

    Ce qui le préoccupe, et dont il préfère parler, c’est la situation dans laquelle est embarquée l’Amérique, un « Titanic » sur lequel les politiciens sont seulement « occupés à réarranger les chaises du pont ». En bon libertarien, Thiel a égrainé ses griefs contre la sécurité sociale et son coût exorbitant, tout aussi exorbitant que la dette qui plombe les étudiants, des revenus qui stagnent alors que les taxes explosent, et « Washington et sa banlieue », si éloignées des préoccupations de l'Américain moyen. Si le vocabulaire est « trumpesque », c’est aussi une constante chez lui : en 2009, dans un pamphlet intitulé « L’éducation d’un libertarien » et publié dans la revue Cato Unbound, il esquissait déjà ces « espaces de liberté » (dont le « cyberespace » fait partie) qui permettraient à l’individu de s’affranchir du politique.

    Une pensée aux confins du monde politique américain, mais qui trouve, au gré des échéances politiques, un écho dans les milieux conservateurs. Une pensée surtout construite par le débat, dont le milliardaire raffole, dit-on, et une véritable passion pour la philosophie, lui qui a eu pour mentor, à Stanford, René Girard, père de la « théorie mimétique ». Sur le campus de Palo Alto, les héritiers du philosophe français se disent d’ailleurs déboussolés par la prise de position de leur ancien camarade. Un libertarianisme finalement basique, pourfendeur des limites : l'homme adhère au transhumanisme (la mort ? il est « fondamentalement contre »), refuse les théories communément admises sur le réchauffement climatique et se positionne en faveur de la légalisation du cannabis.

    Rien d'étonnant alors que l'anti-establishment de Trump le séduise. Sa carte de visite estampillée « Silicon Valley » n’est pas non plus pour déplaire au candidat républicain. S'il est une vraie prise de guerre, Thiel n’entend pas pour autant enfiler l’habit si inconfortable du politique : il souhaite avant tout rester ce gourou de la tech, au profil décidément atypique. 

     

     * Peter Thiel est l'auteur d'un ouvrage qui fait référence dans le secteur de l'entreprenariat, Zero to One: Notes on Startups, or How to Build the Future (2014).


     ► A (RE)CONSULTER : notre infographie sur les programmes des candidats

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.