GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chine et les îles Salomon établissent des relations diplomatiques
    • Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» sont rassemblées à Paris ce samedi matin
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: la France bat l'Argentine 23-21 dans un match capital pour la qualification
    • Chantier de Notre-Dame: «pas de pression» sur le calendrier des travaux (Franck Riester au «Parisien»)
    • Les Gardiens de la révolution préviennent que tout pays qui attaque l'Iran sera «le champ de bataille» (Hossein Salami)
    Amériques

    Des votes anticipés et quelques derniers efforts pour rafler les «swing states»

    media Clinton-Trump? Trump-Clinton? Fin du suspense mardi 8 novembre 2016 avec la présidentielle américaine. REUTERS/Carlos Barria/Jonathan Ernst/Files

    Comme de nombreux autres Etats américains, l'Ohio organise depuis quelque temps des «early voting», des votes par anticipation pour la présidentielle du mardi 8 novembre. Dans cet Etat du nord-est des Etats-Unis, la mobilisation des électeurs est importante depuis l'ouverture de ces bureaux de vote. Dimanche, à deux jours du scrutin, les électeurs se sont déplacés en masse. Il faut dire que l'Ohio est un «swing state», un Etat susceptible de faire basculer le scrutin d'un côté ou de l'autre.

    Jusqu'à présent, les candidats parvenus à se faire élire à la Maison Blanche ont toujours gagné l'Ohio. Or, cette année, à l'image du reste du pays, les sondages sont très serrés entre Donald Trump et Hillary Clinton dans cet Etat.

    Romain Lemaresquier, l'un des envoyés spéciaux de RFI pour la présidentielle du mardi 8 novembre, s'est rendu dimanche dans le seul bureau de vote ouvert à Columbus, la capitale de ce swing state.

    Selon lui, si jusqu'à présent Donald Trump semblait en tête dans les sondages concernant les votes par anticipation dans l'Ohio, la mobilisation des électeurs dimanche pourrait bien avoir inversé la tendance localement.

    Ce jour-là, près de 10 000 personnes étaient attendues dans le bureau de vote de Columbus, selon les bénévoles. Majoritairement des Noirs américains qui, à l'instar d'Amadou Camaro, ont semble-t-il tous voté pour la candidate démocrate.

    « Il y a plein de raisons pour lesquelles j'ai voté Hillary. Elle a beaucoup d'expérience sur la scène nationale, elle a été sénatrice, elle a été secrétaire d'Etat. De l'autre côté, Donald Trump est quelqu'un de naïf. Et ce n'est pas tout, je pense qu'il serait une honte au niveau national », explique-t-il.

    Quoi qu'il advienne, la campagne présidentielle 2016 laissera des cicatrices

    Les sondages favorables au milliardaire new-yorkais dans ces votes par anticipation ont certainement provoqué un déplacement massif d'électeurs noirs américains à Columbus ce dimanche.

    La simple idée de voir le magnat de l'immobilier devenu candidat républicain remporter cette élection présidentielle est insupportable aux yeux de l'électeur Christopher Cooper, pour qui « Donald Trump n'a jamais rien fait ».

    « Il ne s'est toujours préoccupé que de lui. C'est un raciste, un sexiste. Il n'y a rien de positif le concernant. Comment pouvons-nous donner les clés du pays à quelqu'un qui ne s'est, jusqu'à présent, jamais présenté à une élection ? C'est ridicule », estime-t-il.

    Devant le bureau de vote : une queue interminable de gens attendant patiemment de pouvoir participer au scrutin dans une ambiance plutôt festive. Des électeurs qui se disent pour la plupart confiants malgré la remontée spectaculaire de M. Trump.

    Mais certains estiment tout de même que cette course à la Maison Blanche 2016 a créé de véritables tensions dans le pays, et qu'il faudra du temps pour que la situation redevienne comme avant aux Etats-Unis.

    Je pense que la tension qui existe actuellement aux Etats-Unis va perdurer. Tout ça a fait ressortir ce qu'il y a de plus mauvais aux Etats-Unis. Cela fait très mal d'assister à ça. Beaucoup de gens sont morts pour faire de ce pays un grand pays et je ne veux pas voire quelqu'un le foutre en l'air

    Bob Wengate, retraité, vote par anticipation dimanche 6 novembre à Columbus. Emu et inquiet, il fond en larmes au moment de nous répondre 07/11/2016 - par Romain Lemaresquier Écouter

    Pour espérer gagner, Trump devra faire le plein dans les « swing states »

    Les fameux « swing states », c'est le cauchemar états-majors républicain et démocrate. Plus la course s’annonce serrée, plus ils sont au centre de toutes les attentions. L’Etat le plus disputé entre les deux candidats ? Assurément la Floride.

    En jeu là-bas : 29 grands électeurs. « Sans la Floride, ce sera très difficile », reconnait la directrice de campagne de Donald Trump. L'enjeu sur place tourne autour de la mobilisation des votants de la communauté hispanique.

    Autre Etat incontournable pour les républicains : la Caroline du Nord et ses 15 grands électeurs. Donald Trump doit absolument le conserver. Vient ensuite l'Ohio, où le magnat de l'immobilier est crédité d'une légère avance sur sa rivale.

    A quelques dizaines d'heures du scrutin, le « Donald » ne néglige rien

    Mais le milliardaire le sait : même s'il remporte tous les Etats conquis par Mitt Romney en 2012, ainsi que l'Ohio et la Floride, le compte n'y sera toujours pas. Il lui faut donc chasser sur des terres réputées démocrates.

    C'est le cas de la Pennsylvanie et du Minnesota, où les derniers présidents républicains élus le furent respectivement en 1988 et en 1972. Donald Trump ne néglige rien, pas même les six grands électeurs du Nevada.

    Il ne délaisse pas non plus le Maine, terre démocrate par excellence, où la répartition des grands électeurs se fait à la proportionnelle. En cas de victoire sur le fil du rasoir, un grand électeur engrangé est donc un pas vers le seuil des 270 grands électeurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.