GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La police de Los Angeles ouvre une enquête visant Harvey Weinstein pour agression sexuelle
    • Brexit: May demande à l'UE de lui donner un accord qu'elle puisse «défendre» devant les Britanniques
    Amériques

    Donald Trump et la politique de Défense américaine

    media Des soldats américains en patrouille dans la province de Kandahar en septembre 2010. REUTERS/Oleg Popov

    A la tête de la première puissance militaire du monde, que va faire Trump ? Le nouveau président élu veut une Amérique moins interventionniste et plus de moyens pour l'armée américaine. Il a vivement critiqué l'Otan, dont les pays européens ne font pas assez pour leur assurer leur sécurité. Le nouveau secrétaire américain à la Défense sera officiellement nommé fin janvier comme le reste de l'équipe gouvernementale.

    Les questions de défense n'ont pas été au cœur de la campagne de Donald Trump, mais au Pentagone, le strict encadrement des dépenses décidé en 2013 a laissé de mauvais souvenirs aux militaires. Depuis, les budgets sont repartis à la hausse avec près de 480 milliards d'euros pour 2017.

    Mais le président élu a toujours qualifié de « désastre » la situation de l'armée américaine. Il promet même de la « reconstruire ». Donald Trump veut plus de sous-marins et des capacités nouvelles dans le secteur de la cyber défense. Il veut voir aussi l'armée américaine passer de 480 000 hommes à 540 000. Sur le territoire américain, il considère la maîtrise de l'immigration comme un enjeu de sécurité nationale.

    A l'étranger, il souhaite revoir les alliances de l'Amérique. L'idée avancée durant la campagne : l'Europe doit payer pour que les États-Unis assurent sa protection et l'Europe doit investir davantage pour sa propre sécurité. L'équipe Trump pointe les aventures militaires des précédentes administrations qui ont conduit l'Amérique à s'enliser dans des guerres coûteuses et inefficaces.

    En revanche, pas question de baisser la garde face l'organisation de l'Etat islamique dont la destruction reste une priorité.

    A (re) lire → [PORTRAIT] Donald Trump, le président qu'on n'attendait pas

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.