GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les Etats-Unis vont accueillir les réfugiés des centres de rétention australiens

    media La politique australienne en matière d'immigration ne fait pas que des heureux dans le pays, comme en témoignent ces protestataires de Sydney réclamant le rapatriement des migrants de l'île de Nauru et la fermeture du camp, souvent pointé du doigt. REUTERS/David Gray

    Cela fait quatre ans qu'ils croupissent dans des centres de rétention. Les migrants enfermés par l'Australie sur des îles du Pacifique sortent de l'impasse. Canberra n'en veut toujours pas, mais les Etats-Unis vont en accueillir pour offrir à ces personnes une deuxième chance. Combien ? Pas encore de chiffre officiel. Mais les deux pays ont annoncé un accord historique ce dimanche 13 novembre 2016. A ce jour, 1 616 personnes retenues sur Nauru et Manus, sur environ 2 000 au total, ont obtenu le statut de réfugié.

    Avec notre correspondante à Melbourne,  Caroline Lafargue

    L'Australie est une forteresse imprenable, et entend le rester. La coalition au pouvoir a juré qu'aucun clandestin arrivé par bateau ne mettrait jamais le pied dans le pays. Pari gagné ! En 2012, Canberra a déployé sa marine pour repousser les bateaux, et a placé les derniers arrivés - environ 2 000 migrants - dans des centres de rétention sur des îles de l'océan Pacifique. Depuis, les mauvais traitements subis par ces détenus ont provoqué régulièrement les remontrances de l'ONU. L'Australie devait donc trouver une solution. Finalement, ce sont les Etats-Unis qui acceptent d'accueillir ces réfugiés. Ou du moins une bonne partie.

    La nouvelle a été accueillie avec soulagement par les migrants, sauf ceux qui ne reverront jamais leur famille, car l'Australie refuse toujours le regroupement familial. L'accord avec les Etats-Unis va permettre de fermer le centre de rétention de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Mais celui de Nauru restera ouvert. Le gouvernement australien anticipe en effet un nouvel afflux de clandestins : des migrants qui auraient l'espoir d'accéder aux Etats-Unis via l'Australie. Canberra mobilise donc un nombre de navires sans précédent à la frontière avec l'Indonésie pour refouler les bateaux. Malcolm Turnbull, le Premier ministre, l'a martelé : l'accord avec Washington ne s'appliquera en aucun cas aux nouveaux arrivés.

    → pour approfondir : Comment l’Australie exporte l’accueil de migrants ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.