GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Sécheresse en Bolivie: Evo Morales décrète l’état d’urgence

    media Depuis deux semaines à La Paz, des milliers de personnes subissent des coupures d’eau, ou n’en ont plus du tout (photo: El Alto, banlieue de la capitale bolivienne). DR

    Lundi matin 21 novembre, lors d’une conférence de presse, Evo Morales, le président bolivien, a annoncé l’état d’urgence dans tout le pays en raison de la sécheresse qui touche très durement la Bolivie depuis plusieurs mois. Des coupures d’eau massives dans la capitale et la colère des habitants ont précipité les mesures des autorités.

    Avec notre correspondante à La Paz, Alice Campaignolle

    Cela fait maintenant deux semaines qu’à La Paz des milliers de personnes subissent des coupures d’eau, ou n’en ont plus du tout. Le pays dans son entier vit depuis plusieurs mois une grave sécheresse due notamment au phénomène El Niño. La situation s’est tellement aggravée ces derniers jours que lundi matin Evo Morales a déclaré l’état d’urgence national, et a prévenu : le pire n’est peut-être pas dernière nous. « Les mairies, toutes les autorités, tout comme le gouvernement national, ont l’obligation de mobiliser les ressources nécessaires pour mettre en œuvre le droit fondamental qu’est l’accès à l’eau. Il faut être préparé au pire. Je sens que le réchauffement climatique va continuer. »

    Mais voilà, si le président bolivien blâme le changement climatique - et c’est effectivement la disparition d’un glacier qui a entraîné la pénurie d’eau - beaucoup de voix s’élèvent en Bolivie pour dénoncer le manque d’infrastructures nécessaires et l’absence totale d’anticipation. Les barrages ne se sont pas vidés en quelques jours et personne n’a été prévenu de la situation. Evo Morales lui-même a affirmé n’avoir pas été mis au courant.

    EPSAS - l’entreprise qui gère l’approvisionnement en eau de La Paz - est désormais sommée de rendre des comptes, la ville étant au bord de la crise sanitaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.