GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 27 Juin
Vendredi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nouvel accord de paix en Colombie: quels échos dans la population?

    media Le drapeau blanc de la paix, et le drapeau jaune, bleu, rouge de la Colombie. Marche à Bogota, le 15 novembre 2016. REUTERS/John Vizcaino

    A l'heure de la signature d'un nouvel accord de paix entre l'Etat colombien et la guérilla des FARC, les pro et les anti-paix s'affrontent dans les médias et sur les réseaux sociaux. La première version du texte avait été rejetée dans les urnes, le 2 octobre dernier, par une courte majorité d'électeurs. Les Colombiens sont-ils plus favorables à l'accord nouvelle formule ?

    Avec notre correspondante à Bogota,  Marie-Eve Detoeuf

    L'accord a certes été remanié, mais il n'en demeure pas moins historique. Il prévoit, entre autres, une amnistie pour les guérilleros de base, la création d’une commission de la vérité et d’un tribunal spécial de paix, ou encore la mise en place d’une politique de redistribution des terres.

    Mais en Colombie, les médias et les politiques n’osent plus utiliser l’adjectif « historique » au sujet de ce texte, même s'il est susceptible de mettre fin à 52 ans de conflit armé. Et ce jeudi 24 novembre 2016, l’accord va être signé, presque en catimini, dans un théâtre de Bogota avant de passer au Parlement, sans référendum cette fois-ci.

    Diego, commerçant à Bogota, n'a pas voté le 2 octobre dernier. Mais il est d'accord avec les partisans du « non », qui refusent en bloc le nouvel accord et exigent un nouveau référendum. « On est tous pour la paix, mais les guérilleros ne doivent pas aller au Congrès, parce que le Congrès est normalement composé de gens honnêtes », considère-t-il.

    « Nous avons besoin maintenant d'un pacte, nous avons besoin de la paix »

    Le premier accord avait capoté dans les urnes. Mais malgré les soubresauts, le conflit armé semble parfois déjà fini dans les faits. Les actes de guerre ont cessé depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, fin août dernier. Et l’atmosphère dans les campagnes colombiennes a déjà complètement changé.

    Signer la paix semblerait donc presque une formalité. Mais, paradoxe, plus personne ne doute que faire la paix va être difficile, faute d’accord entre les partis politiques. Il manque ce grand élan national qui ferait croire qu’un nouveau départ est possible. Du coup, les responsables politiques, les médias, les citoyens ne parlent que des difficultés de la paix. Pas de ses promesses, sauf Fabio, gardien d'immeuble dans la capitale, qui témoigne avoir changé d'avis. « J'ai voté pour le " non " la première fois, mais je crois qu'il faut maintenant dire " oui " au nouvel accord. J'aurais aimé qu'il y ait un nouveau référendum, mais nous avons besoin maintenant d'un pacte, nous avons besoin de la paix », expose-t-il.

    « Ils trouveront toutes les excuses politiques pour dire " non " à l'accord »

    « J'ai toujours été d'accord avec la paix, avec le précédent accord comme avec celui-ci. Il a introduit des changements pour prendre en compte ce que disent les partisans du non. Et il me semble important que ce soit le Congrès qui ratifie l'accord, cela aurait toujours dû être le cas », expose Daniela, coach professionnelle.

    Comment analyse-t-elle l'attitude des anti-paix menés par l'ex-président Alvaro Uribe ? « Leur seul objectif est d'utiliser la paix comme argument politique pour les élections de 2018, même si cela les conduit à avoir un discours incohérent. Avant, les anti-paix disaient " non " au plébiscite, maintenant ils en exigent un », constate Daniela. Et de conclure : « Ils trouveront toutes les excuses politiques pour dire " non " à l'accord. »

    A court terme, cependant, le président Santos dispose d’une large majorité parlementaire pour ratifier l’accord et voter toutes les lois nécessaires à sa mise en application. La droite dure ne pourra pas bloquer les avancées législatives. En revanche, elle va tout contester, au Congrès et probablement aussi sur le terrain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.