GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Février
Vendredi 17 Février
Samedi 18 Février
Dimanche 19 Février
Aujourd'hui
Mardi 21 Février
Mercredi 22 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Dakota: les Sioux toujours vent debout contre la construction d'un oléoduc

    media Les vétérans de la communauté des Sioux en réunion à Fort Yates, dans le Dakota du Nord, pour défendre leur eau contre le projet d'oléoduc. REUTERS/Stephanie Keith

    Plusieurs tribus indiennes, dont celle des Sioux, manifestent depuis le mois d'août dans le Dakota du Nord contre la construction d'un oléoduc par une société texane. Ce projet pétrolier menace leurs ressources en eau. Alors que les autorités s'apprêtent à les chasser du camp où ils se sont installés pour protester, ils bénéficient de l'arrivée de nouveaux alliés venus les protéger contre une expulsion.

    Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

    La construction de l'oléoduc, qui doit transporter du brut du Dakota du Nord à l'Illinois, est une source de controverse depuis l'été. Plusieurs tribus indiennes s'y opposent pour des raisons environnementales et culturelles. Depuis, les Indiens manifestent aux abords du chantier.

    Il y a eu des violences en octobre, suivies de plus de 140 arrestations. La neige recouvre maintenant le camp des protestataires et le thermomètre est en dessous de zéro. Le gouverneur, invoquant de raisons humanitaires, a donné l'ordre de faire évacuer les lieux dès lundi, manu militari si besoin est.

    Les manifestants attendent des renforts

    Mais le combat des Sioux est devenu une cause célèbre, attirant de nombreux partisans venus de tout le pays, et même de l'étranger. C'est ainsi que doivent arriver aujourd'hui plus de 2 000 anciens combattants prêts à les protéger si l'armée veut les chasser.

    Craignant une nouvelle éruption de violences, le gouvernement s'est tenu à l'écart de la dispute, bien que l'oléoduc soit construit sur une propriété fédérale. Il va envoyer une équipe de médiateurs du ministère de la Justice pour tenter de calmer les esprits. Les prochaines 48 heures, en dépit de la température sibérienne, pourraient être chaudes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.