GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: les Sioux de Standing Rock de nouveau dans l'incertitude

    media Le chef Arvol Looking Horse, leader spirituel des tribus sioux du Lakota, Dakota et Nakota, le 4 décembre 2016 au camp Oceti Sakowin. REUTERS/Lucas Jackson

    Après la bonne nouvelle de dimanche, l'administration fédérale ayant décidé d'étudier un nouveau tracé pour le pipeline, afin d'éviter ce que les Indiens considèrent comme des terres sacrées, l'équipe Trump envoie des messages divergents. Le nouveau président peut renverser cette décision dès son arrivée à la Maison Blanche. Les Sioux de la tribu de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, sont inquiets.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    Après les chants de victoire, le réveil est difficile. Les Sioux de Standing Rock ne savent pas si le tracé contesté du pipeline évitera finalement les terres sacrées et les réserves d'eau potable.

    Certes, l'administration fédérale a demandé à la compagnie Energy Transfer d'étudier une nouvelle route pour l'oléoduc dans le Dakota du Nord. Mais l'équipe Trump va s'installer à la Maison Blanche, et les conseillers ont apporté leur soutien au tracé contesté.

    David Archambault, le chef de la tribu, ne baisse pas les bras. « Il y a plus de 7000 personnes ici, elles sont installées, elles vont rester, elles n'ont pas l'intention de partir », dit-il.

    Il ne se passera certainement plus rien avant le 20 janvier. Mais les signaux sont inquiétants pour les opposants à l'oléoduc. D'après la presse, Donald Trump détient des actions de la société Energy Transfer qui doit construire le pipeline, un projet de 3,7 milliards de dollars.

    Sur son site internet, la compagnie dénonce l'arrêt des travaux. Une décision politique, dit le communiqué, pas étonnante venant de l'administration Obama.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.