GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    [Reportage] L'arrivée de nouveaux billets divise les Vénézuéliens

    media Aujourd'hui, le montant du billet le plus élevé est de 100 bolivars. REUTERS/Ueslei Marcelino

    Le Venezuela est frappé par un manque de liquidités et une inflation galopante : l'an dernier, la Banque centrale vénézuélienne (BCV) avait estimé que l'inflation dépassait la barre des 180 %. Ce mercredi, son président a présenté les six nouveaux billets qui entreront « de manière progressive en circulation dans le pays ». Qu’en pensent les Vénézuéliens ? Reportage.

    Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

    Aujourd'hui, au Venezuela, le montant du billet le plus élevé est de 100 bolivars. A partir du 15 décembre, les Vénézuéliens auront d'abord accès à des billets de 500 bolivars, puis de 5000. A terme, ils utiliseront des billets de 20 000 bolivars : une trentaine de dollars au taux de change officiel « flottant », moins de 5 dollars au marché noir en ce moment.

    Alejandro est serveur dans un restaurant à deux pas du Boulevard Sabana Grande, une des grandes artères commerciales de la capitale. Il vient de terminer son service. Face à lui, une montagne de bolivars : les pourboires de l'équipe.

    « A quoi ça sert d'avoir autant de billets s'ils ne valent rien ?, s’interroge-t-il. C'est juste un énorme paquet de billets. 7000 bolivars de pourboires pour moi sur ces trois jours et tu as vu le temps que ça m'a pris de compter tout ça. Avec ça, je peux tout juste m'acheter un kilo de riz et une pomme. Je pense que ces nouveaux billets vont faciliter la vie des Vénézuéliens mais aussi des banques. Mais cette mesure aurait dû être prise il y a un an. J'espère que ça va pouvoir résoudre notre situation. »

    Un avis que ne partage pas ce commerçant de Chacao qui voit dans ces nouveaux billets un retour en arrière. En 2008, une reconversion monétaire avait éliminé trois zéros des anciens billets pour permettre l'arrivée du « bolivar fort ».

    Echec

    Alors, ces nouveaux billets, c'est pour lui la preuve de l'échec de la politique économique et monétaire du gouvernement : « Nous retournons en arrière mais avec un contexte de méga-dévaluation et d'hyperinflation qui fait que ces nouveaux billets ne permettront de rien acheter. Le gouvernement reconnaît que le système ne marche pas. Mais il trompe le peuple en lui faisant croire que ça va être la solution à ses problèmes économiques. Ce qui nous attend, c'est plus de pénuries, plus de misère, moins d'argent et plus de délinquance. »

    Et justement, l'Assemblée Nationale a débattu ce jeudi au sujet de « l'aggravation de la crise économique ». Les députés, majoritairement d'opposition, ont notamment dénoncé la dépréciation du bolivar.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.