GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: le scandale Petrobras rattrape à son tour Michel Temer

    media Le président brésilien Michel Temer, à Brasilia, le 5 décembre 2016. REUTERS/Adriano Machado

    Au Brésil, le scandale Petrobras menace désormais directement le président Michel Temer. Les hauts dirigeants d'une entreprise de BTP ont commencé à dénoncer, contre des remises de peine, les sommes versées aux partis politiques, dans le scandale Petrobras. Des milliards d'euros ont été détournés et le président Michel Temer apparaît nommément dans ces « délations ».

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

    Selon le témoignage d'un ancien cadre dirigeant de l'entreprise Odebrecht, Michel Temer, alors vice-président de Dilma Rousseff, aurait en 2014 demandé plus de 3 millions d'euros au PDG du géant du BTP brésilien, Marcelo Odebrecht. De l’argent qui aurait servi à financer la campagne de plusieurs candidats du parti de Michel Temer, le PMDB, aujourd'hui au pouvoir au Brésil.

    Des accusations graves, recueillies par les juges en charge de l'enquête sur le scandale de corruption Petrobras, qui ont ensuite fuité dans la presse. Outre le président, plusieurs dizaines de noms d'hommes politiques apparaîtraient dans les premières dépositions des dirigeants d'Odebrecht obtenues contre des remises de peine.

    L'actuel secrétaire général de la présidence ainsi que le président du Sénat auraient même coordonné les versements de pots-de-vin d'Odebrecht, qui obtenait en échange un traitement de faveur et des contrats publics. Michel Temer, dans un communiqué, a démenti ces accusations, niant toute implication dans le réseau de corruption mis en place au cœur du pouvoir.

    La délation collective des cadres dOdebrecht ne fait pourtant que commencer. Ils sont 78 à témoigner devant les juges, et leurs dépositions sont déjà en train de faire trembler le monde politique brésilien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.