GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: la femme de Pinochet devant la justice pour détournement de fonds publics

    media A 94 ans, la femme de Pinochet, Lucia Hiriart, ici en 2007, va être entendue par la justice chilienne dans une affaire de détournement de fonds. AFP/MARTIN BERNETTI

    Ce mercredi 14 décembre, Lucia Hiriart de Pinochet va être interrogée par la justice pour son rôle dans les délits présumés de détournement et malversation de fonds publics. La femme de l’ancien dictateur aurait utilisé la fondation à but non lucratif Cema Chile, qu’elle présidait, pour s’enrichir personnellement.

    De notre correspondante à Santiago,

    A 9h30, ce mercredi 14 décembre, le juge Guillermo de la Barra va interroger pour la première fois Lucia Hiriart de Pinochet, qui a célébré samedi son 94e anniversaire ainsi que les dix ans du décès de son mari. Les questions ne devraient pas manquer. La première dame de la dictature (1973-1990) est accusée d’avoir accaparé des centaines de biens immobiliers de l’Etat - terrains, maisons, édifices - à travers la fondation Cema Chile qu’elle a présidée entre 1973 et août de cette année, et d’en avoir vendu une partie pour son usage personnel et celui de sa famille.

    Jusqu’ici, les différentes enquêtes journalistiques ont réussi à comptabiliser 236 biens au nom de cette fondation, répartis dans tout le Chili, et la vente d’une partie d’entre eux pour une valeur de près de 14,5 millions d’euros. Mais selon les journalistes qui mènent l’enquête, ce ne serait là que la pointe de l’iceberg. Combien de biens publics ont été donnés gratuitement sous la dictature à Cema Chile ? Combien ont été vendus ? Où est passé l’argent ? Des questions pour lesquelles le ministère des Biens nationaux d’une part et les députés communistes Karol Cariola et Hugo Gutierrez ainsi que l’association des familles de disparus (AFDD) d’autre part, espèrent obtenir des réponses à travers leurs plaintes en justice.

    Cema Chile naît en 1954. La fondation est destinée à être dirigée par les premières dames, et son objectif est, selon ses statuts, « l’organisation, la coordination et l’exécution d’activités ayant pour finalité un meilleur bien-être matériel et spirituel des familles chiliennes, tout particulièrement orientées vers l’enfant, la femme et les foyers les plus modestes. »

    Détournement de biens publics

    En 1973, après le coup d’Etat mené par son mari, général en chef de l’armée de terre, Lucia Hiriart s’érige en première dame et préside la fondation. « Elle construit alors Cema Chile comme un miroir de l’armée de terre, toutes les femmes de militaires devaient participer comme bénévoles et elles occupaient des postes suivant le rang de leur époux », explique Alejandra Matus, auteure du best-seller Madame Lucia Doña Lucia ») au programme de télévision Informe Especial. Une fondation qui permet à la femme de poigne, d’origine française, « d’établir un système de contrôle et d’espionnage sur les femmes des quartiers pauvres », ajoute Monica Gonzalez, directrice de Ciper Chile, le journal d’investigation en ligne qui a révélé l’affaire.

    Le siège social de Cema Chile, situé dans la commune chic de Providencia à Santiago, perquisitionné puis mis sous embargo par la justice. Claire martin/RFI

    L’organisation devient extrêmement puissante, réunissant plus de 35 000 bénévoles et près d’un million d’adhérentes qui trouvent là des formations en pâtisserie, couture, coiffure, maquillage, artisanat... « C’est durant ces années que différents organismes d’Etat et certaines municipalités cèdent gratuitement, ou parfois pour un peso symbolique, une énorme quantité de biens, immobiliers et financiers », reprend la journaliste Monica Gonzalez.

    Avant le retour à la démocratie en 1990, puis en 1998, Lucia Hiriart change les statuts de la fondation pour en rester la présidente jusqu’à sa mort. La fondation publique devient privée. « Nous avons constaté, souligne Victor Osorio, le ministre des Biens nationaux qui a déposé plainte, que dans presque aucun des centres de Cema Chile du pays il n’y a aujourd’hui d’activité sociale. La fondation caritative, à but non lucratif, s’est transformée en une entreprise immobilière. » Une entreprise qui continue même de louer des biens anciennement publics à des institutions… publiques, qui a reçu jusqu’en 2005 les apports de deux loteries nationales pour une valeur de près de 2 millions d’euros, et les donations de certaines municipalités de droite jusqu’à ces dernières années.

    Des restitutions au compte-gouttes

    Ce qu’on sait de la destination de l’argent, c’est que 50 000 dollars auraient servi à financer le séjour et la défense de l’ancien dictateur, alors qu’il est détenu en 1998 à Londres, sous mandat d’arrêt international lancé par le juge espagnol Baltasar Garzon. La fondation se charge aussi de payer la scolarité de certains des petits-enfants du couple Pinochet-Hiriart.

    Face au scandale qui ne cesse de grossir, Lucia Hiriart a démissionné de la présidence en août dernier. Cema Chile a depuis restitué au compte-gouttes quelques bâtiments au ministère des Biens nationaux, « une manière d’obtenir des circonstances atténuantes », selon Yuri Vasqués, qui représente la députée Karol Cariola. S’il est probable que l’épouse Pinochet meurt en toute impunité, comme l’a fait avant elle son époux, ce ne sera pas en toute tranquillité : « Cette affaire poursuivra tous ceux qui y ont participé, assure l’avocat, ce qui inclut le reste de la famille Pinochet, enfants et petits-enfants. Nous ne lâcherons pas le morceau ! »
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.