GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Aujourd'hui
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: Donald Trump confie les Affaires étrangères au PDG d'ExxonMobil

    media L'Américain Rex W. Tillerson sera bien le secrétaire d'Etat de l'administration Trump à partir de janvier 2017. REUTERS/Mike Stone/File Photo

    Donald Trump a tranché, et tous les postes importants de sa prochaine administration sont désormais pourvus. Ce mardi 13 décembre 2016, il a confirmé la nomination de Rex Tillerson, président-directeur général du géant pétrolier et gazier ExxonMobil, à la tête du prestigieux secrétariat d'Etat, les Affaires étrangères. Les potentiels conflits d'intérêts de ce multi-millionnaire, très proche de Vladimir Poutine, font d'ores et déjà l'objet de critiques. Portrait.

    Rex Tillerson, 64 ans, originaire du Texas, va remplacer John Kerry à la tête de la diplomatie américaine. S'il n’a aucune expérience dans le secteur public, il est en revanche un homme d'affaires accompli. Le patron du géant pétrolier et gazier ExxonMobil négocie depuis 40 ans des contrats à travers le monde.

    Du Venezuela au Yémen, du Kurdistan irakien à la Russie, Rex Tillerson a bâti des relations commerciales qui pourraient bien lui servir en tant que chef de la diplomatie. C'est en tout cas la façon de penser du président élu Donald Trump, qui apprécie ses qualités de « deal-maker », de négociateur, tout en vantant sur Twitter la stature « d’acteur de calibre mondial » de Rex Tillerson.

    Choisi aussi pour ses liens de proximité avec Poutine

    Le futur 45e président des Etats-Unis apprécie également ses amitiés avec Vladimir Poutine. Car Rex Tillerson et le président russe se connaissent depuis 15 ans, ils sont même, a-t-il dit, « très proches ». En 2012, il avait reçu l’ordre de l’Amitié, une distinction remise par le gouvernement russe.

    Cette décoration lui avait été attribuée après la signature d’un accord avec la société étatique russe d'extraction Rosneft, concernant des projets de forage dans l’Arctique, la mer Noire et en Sibérie, rappelle CNN Money. Selon les médias américains, les contrats conclus avec la Russie par ExxonMobil pourraient potentiellement générer 500 milliards de dollars.

    Quelques grincements de dents chez les républicains

    Côté démocrate, et plus étonnant, côté républicain, sa nomination fait l’objet de sévères critiques. « Être un ami de Vladimir n’est pas une qualité que je recherche chez un secrétaire d’Etat », a taclé sur Twitter Marco Rubio, sénateur républicain de la Floride.

    Le sénateur John McCain, républicain de l’Arizona, avait aussi déclaré que les liens de Tillerson avec Poutine étaient « inquiétants », et avait promis de les examiner de près dès sa nomination.

    Favorable à l'accord de partenariat transpacifique

    ExxonMobil avait dû respecter les sanctions imposées par le gouvernement américain à la Russie après l'invasion de la Crimée. Mais Rex Tillerson avait alors déclaré qu'il trouvait les sanctions « en général, inefficaces, car très mal conçues ».

    Le nouveau secrétaire d'Etat va par ailleurs devoir clarifier sa position sur l'accord de libre-échange transpacifique. Il y est très favorable, alors que Donald Trump a dit vouloir l'enterrer pendant toute sa campagne.

    Le futur secrétaire d'Etat américain devrait être secondé par John Bolton, ancien ambassadeur américain aux Nations unies, proche des néo-conservateurs et très opposé à l’accord sur le nucléaire avec l’Iran.

    Dans un premier temps, pour Donald Trump, il s'agit surtout de défendre les intérêts commerciaux de l'Amérique. Sa seule obsession actuellement semble être de créer de l'emploi, j'ai envie de dire presque à n'importe quel prix.
    Jean-Eric Branaa, maître de conférences société et politique américaine à Assas 13/12/2016 - par RFI Écouter

    → Écouter sur RFI : Géopolitique du gaz en Europe, le débat

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.