GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    António Guterres appelle l’Organisation des Nations unies à se réformer

    media António Guterres (e) durante seu juramento na Assembleia geral das Nações Unidas REUTERS/Lucas Jackson

    Le Portugais António Guterres a prêté serment ce lundi 12 décembre 2016 pour devenir le neuvième secrétaire général des Nations unies. Il prendra ses fonctions officiellement le 1er janvier prochain. Devant l'Assemblée générale, il s'est exprimé en français, en anglais et en espagnol, dans un discours qui avait tout d'une déclaration de politique générale. Il y a réaffirmé sa volonté de réformer en profondeur l'ONU.

    Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

    Il y a 21 ans, António Guterres prêtait déjà serment. Mais c'était alors pour servir son pays, le Portugal, en tant que Premier ministre. A l'époque, un vent d'espoir soufflait en Europe avec la fin la guerre froide. Aujourd'hui, c'est la montée des populismes qui accompagne sa prise de fonction.

    L'ONU n'est plus taillée pour ce rôle, a-t-il convenu ce lundi à New York : « Il est grand temps pour les Nations unies de reconnaitre ses lacunes. Cette organisation est la pierre angulaire du multilatéralisme et a contribué à des décennies d'une paix relative. Mais elle n'est maintenant plus en mesure de relever les défis contemporains. »

    Des réformes dans trois domaines clés

    António Guterres promet une réforme dans trois domaines clés : le maintien de la paix, l'aide au développement durable et le respect des droits de l'homme. Il promet de mettre toutes ses forces dans la bataille quand la situation l'exige. « Je suis prêt à m'engager personnellement à travers mes bons offices dans la résolution des conflits et lorsque cela constitue une plus-value », dit-il.

    Et de préciser aussitôt le cadre de son action par ces mots : « Tout en reconnaissant le rôle de premier plan des Etats membres... » Mais si le prochain secrétaire général des Nations unies reconnait que le patron de l'ONU ne saurait être maître du monde, tout au plus une « valeur ajoutée » selon ses termes, il espère bien être celui qui parviendra par exemple à mettre fin à la tragédie syrienne.

    António Guterres et la tragédie  syrienne

    « Je me souviens quand j’étais à l’école et que je lisais les livres d’histoire, toutes les guerres avaient un vainqueur. De nos jours, les guerres n’ont plus de vainqueurs. Tout le monde est perdant. Et si vous regardez la guerre en Syrie, c'est une guerre dans laquelle tout le monde est perdant. Non seulement dans la région mais aussi à travers le monde », observe l'ancien haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés.

    « Quelles que soient les divergences entre les Etats membres, et quelles que soient les différentes perspectives, il y en a une au-dessus de toutes les autres : la paix en Syrie est une nécessité pour nous tous, plaide M. Guterres. Et j’espère que je serai capable de réunir tout le monde sous cette bannière. Comme je l’ai dit, c’est une guerre où il n’y a pas de gagnants, que des perdants, c’est devenu une menace pour le monde entier et il est grand temps de mettre fin à ce non-sens. »

    Eloquent, intègre et compétent, les qualificatifs ne manquent pas pour célébrer l'arrivée du Portugais à la tête de l'Organisation des Nations unies. Après 10 ans d'une présidence très terne, celle du Sud-Coréen Ban Ki-moon, l'ONU espère que l'ancien Premier ministre du Portugal saura lui redonner un rôle de premier plan dans la diplomatie mondiale.

    → L'entretien de M. Guterres à France 24 : « La Syrie doit être une priorité pour nous tous »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.