GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 23 Janvier
Mercredi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Etats-Unis ne «permettront jamais» à l'Iran d'avoir l'arme nucléaire, déclare Mike Pence à Jérusalem
    • Les Etats-Unis exhortent les Palestiniens à reprendre les négociations (Mike Pence)
    • Radio France: le CSA va auditionner Mathieu Gallet le 29 janvier, décision le 31 (communiqué)
    • Jérusalem: des députés arabes expulsés de la Knesset durant le discours de Mike Pence
    • L'offensive turque en Syrie se déroule «en accord avec la Russie» (Erdogan)
    • Syrie: Lavrov accuse les Etats-Unis d'encourager le séparatisme kurde
    • Syrie: les Kurdes sont invités au Congrès de paix prévu à Sotchi (Lavrov)
    • France: le président Emmanuel Macron souhaite finaliser la réforme des retraites à l'été 2019
    • La baisse actuelle du déficit public ne doit pas «faire illusion» (Didier Migaud, président de la Cour des comptes)
    Amériques

    Présidentielle américaine: le collège électoral confirme la victoire de Trump

    media Donald Trump (ici le 17 décembre 2016) a été élu à une large majorité lundi 19 décembre, recueillant 304 voix de grands électeurs. REUTERS/Lucas Jackson

    Donald Trump a été officiellement élu président des Etats-Unis par le collège électoral, lundi 19 décembre 2016, avec une large majorité. Le milliardaire a recueilli 304 voix parmi les grands électeurs, contre probablement 228 pour Hillary Clinton - les résultats de Hawaï seront connus plus tard. La révolte des anti-Trump, qui espéraient renverser le scrutin, a donc échoué.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Echec sans surprise. Depuis la création en 1787 du collège électoral, qui rassemble les représentants du peuple américain chargés d'élire le président des États-Unis, les défections des grands électeurs, tenus de respecter le mandat qui leur a été confié pendant l'élection par les électeurs, ont été rares. En général, le vote est d'ailleurs une simple formalité.

    Cette année, c'était différent, en raison de la personnalité contestée du vainqueur, mais aussi de l’avance de Hillary Clinton au suffrage universel - presque plus de 3 millions de voix. Sans même parler de l’interférence supposée de la Russie pendant la campagne. Un mouvement s’était ainsi formé pour tenter de convaincre les grands électeurs dont les Etats avaient voté pour Donald Trump de lui retirer leur soutien.

    Ironiquement, il y a finalement eu plus défections chez les démocrates que chez les républicains ! M. Trump a perdu deux voix chez les Texans, alors que Mme Clinton en a perdu quatre. Quelqu'un a voté pour l'ancien secrétaire d'Etat de G. W. Bush, Colin Powell. une autre personne a voté pour le chef des Sioux qui avait organisé les manifestations contre la construction d’un oléoduc dans les Dakotas.

    Donald Trump veut rassembler le peuple américain... sur le dos de la presse

    Si 37 grands électeurs avaient lâché le magnat new-yorkais, et que ce dernier s'était retrouvé en dessous des 270 voix, il serait de toutes façons revenu à la Chambre des députés d’élire le président. Et celle-ci est dominée par les républicains. A noter que si les grands électeurs sont pour la plupart inconnus du grand public, dans l’Etat de New York, un au moins ne l’était pas : Bill Clinton, dont on devine pour qui il a voté.

    Sa victoire maintenant confirmée, Donald Trump a - modestement - réagi par communiqué, parlant d'une « victoire écrasante et historique », même si sur les 58 élections présidentielles, il ne se classe qu’en 46e position en termes de voix remportées au collège électoral. L'homme d'affaires s’est également engagé à être un président « rassembleur ».

    Dans un tweet, par lequel le futur 45e président américain voulait remercier ses soutiens, ce dernier a cependant décoché une flèche à sa cible favorite, la presse, à laquelle il a reproché « une couverture inexacte et déformée ». Pendant les quatre prochaines années, les correspondants à la Maison Blanche vont peut-être pouvoir demander une prime pour affectation en zone dangereuse !

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.