GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: Trump et Kerry en opposition sur la question israélienne

    media Donald Trump, ici le 28 décembre 2016, a tweeté sa désapprobation à la politique étrangère de John Kerry vis-à-vis d'Israël. REUTERS/Jonathan Ernst

    Donald Trump a envoyé un message sur Twitter mercredi 28 décembre, quelques heures avant un discours du secrétaire d'Etat américain sortant John Kerry sur le Proche-Orient. Un message adressé à Israël : « Soyez forts, le 20 janvier arrive à grand pas », a indiqué le président élu, qui entrera en fonctions à cette date, alors que l'administration Obama fait actuellement de la question palestinienne son baroute d'honneur.

    La semaine dernière, les Etats-Unis se sont abstenus lors du vote d'une résolution de l'ONU réclamant l'arrêt par Israël du développement des colonies juives de peuplement dans les Territoires palestiniens. Donald Trump s'était impliqué en amont pour empêcher ce vote, mais il n'avait pas réussi et la résolution était passée. Une situation inédite, puisque les Etats-Unis avaient jusqu'ici toujours utilisé leur veto dans pareille situation.

    Cette position nouvelle de l'administration américaine sortante, qui quittera le pouvoir le 20 janvier prochain, le secrétaire d'Etat John Kerry l'a défendue de nouveau, mercredi 28 décembre lors d'un discours à Washington, tandis que Donald Trump a émis ses regrets. Dèsle vote de la résolution des Nations unies, le 23 décembre dernier, le futur 45e président des Etats-Unis regrettait d'ailleurs sur Twitter « un échec pour Israël aux Nations unies, ce qui rendra la paix plus difficile à négocier ».

    Quelques heures avant le discours de John Kerry, ce mercredi, Donald Trump a donc posté sur Twitter cet autre message visible ci-dessus : « Nous ne pouvons pas laisser Israël se faire traiter avec autant de dédain et d'irrespect. Ils avaient l'habitude d'avoir un grand ami avec les Etats-Unis, ce n'est plus le cas. Cela a commencé avec cet horrible traité sur le nucléaire iranien, et maintenant cette résolution de l'ONU ! Tenez bon Israël, le 20 janvier approche à grands pas ! »

    Echange interposé

    Et puisque Donald Trump a relancé le débat, John Kerry lui a répondu dans son discours, rappelant la ligne historique des Etats-Unis vis-à-vis d'Israël : « Le président Obama et moi savons que la nouvelle administration pourrait prendre un autre chemin, et même opérer un tournant dans la ligne politique américaine vis-à-vis des colonies israéliennes et d'une solution à deux Etats. Ce sera à eux de décider, c'est ainsi, mais nous ne pouvons pas, en toute honnêteté, ne rien faire et ne rien dire quand nous voyons les espoirs de paix s'envoler. »

    La solution des deux Etats est la « seule voie possible », considère le secrétaire d'Etat américain, dont le discours était l'un des derniers. Mais si John Kerry a rappelé la vision de l'administration sortante pour la paix au Proche-Orient, qui est la vision historique américaine, c'est effectivement l'administration Trump, qui prendra le relais dans moins d'un mois, qui va décider. Et Jean-Paul Chagnollaud, directeur de l'Institut de recherche et d'études Mediterranée-Moyen-orient, confirme qu'elle pourrait modifier la posture américaine.

    Si Trump changeait de posture, effectivement on aurait un revirement important de la politique américaine qui consisterait à soutenir non plus simplement Israël, ce qui a toujours été le cas, mais soutenir la politique de colonisation, ce qui sont deux choses bien différentes. Les Américains veulent soutenir la sécurité d'Israël depuis toujours, mais ils n'ont jamais accepté le principe de la colonisation et ont toujours considéré les territoires de Cisjordanie, de Gaza et de Jérusalem-Est comme des territoires occupés

    Jean-Paul Chagnollaud, Institut de recherche et d'études Méditerranée-Moyen-Orient 29/12/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.