GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Nous souhaitons que les autorités iraniennes se montrent transparentes dans ce dossier et agissent sans délai pour mettre fin à cette situation inacceptable», a déclaré Agnès Von Der Mühll, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point de presse électronique ce mercredi après la révélation dans la presse de cette arrestation, survenue en juin dernier. Roland Marchal, chercheur à l'Institut d'études politiques, est un collègue de Fariba Adelkhah, une Franco-Iranienne directrice de recherche au centre de recherches internationales de Sciences Po à Paris. Tous deux devaient se retrouver en Iran et ont été arrêtés au printemps par les Gardiens de la révolution islamique, lesquels évoquent des soupçons d'espionnage.

    Amériques

    A la Une: carnage dans une prison brésilienne

    media Des proches des prisonniers se sont rassemblés aux abords de la prison de Manaus et sont retenus par la police antiémeute, après l'annonce de la mutinerie qui a fait au moins 56 morts, le 2 janvier 2017. REUTERS/Michael Danta

    Le massacre dans la prison de Manaus est bien sûr à la Une de tous les journaux. Avec notamment ce témoignage d’un juge qui a négocié avec les détenus et qui a été l’un des premiers à entrer dans l’enceinte de la prison. « J’ai vu des corps empilés, écartelés, des corps sans bras, sans jambes ni têtes, une véritable barbarie, une scène dantesque », raconte Luis Carlos Valois dans les colonnes de la Folha de Sao Paulo.

    L’identification des corps prendra six jours, explique un responsable du gouvernement de l’État d’Amazonie. Selon le site d’information G1, des dizaines de familles attendent toujours devant le pénitencier, pour avoir des nouvelles de leurs proches. Leur espoir, c’est qu’ils ne figurent pas parmi les morts, mais parmi les 80 détenus qui ont pris la fuite.

    Les autorités ont annoncé des investissements dans la sécurité des prisons

    Le ministre de la Justice Alexandre de Morais veut débourser l’équivalent de 500 000 euros pour acheter des scanners corporels et des brouilleurs de téléphones. Environ 10 millions d’euros seront consacrés pour la construction et le réaménagement des établissements pénitentiaires. La prison Compaj où a eu lieu la tuerie compte plus de 1000 détenus, soit le triple de sa capacité, précise Folha de Sao Paulo. Selon le gouverneur de l’État d’Amazonie, José Melo, le massacre dans le pénitencier de Manaus n’était pas un « fait isolé ». Il faisait partie d’un « mouvement national » des bandes criminelles pour le contrôle des prisons.

    Le gouverneur qui est lui-même épinglé par le journal O Globo. Le quotidien rappelle à ses lecteurs que José Melo est soupçonné d’avoir reçu le soutien d’une organisation criminelle liée au trafic de drogue. Dans un enregistrement audio datant de 2014, un proche du gouverneur, alors en pleine campagne électorale, promet lors d’une conversation avec un trafiquant de drogue de ne pas déranger les affaires de sa bande. En échange, le criminel lui assure un apport de 100 000 voix pour l’élection du gouverneur.

    Plus de 200 personnes mortes dans les accidents de la route

    Au Brésil, 225 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la route entre Noël et le jour de l’an. Un bilan certes très lourd, mais la tendance est à la baisse par rapport à l’année précédente, selon O Globo.

    Rentrée politique au Congrès américain

    Le 115e Congrès de l’histoire américaine prend ses fonctions aujourd’hui. « L’agenda de ce congrès, entre les mains des républicains, est le plus conservateur depuis des décennies », prévient le Los Angeles Times. L’une de ses priorités : abroger la réforme de la Santé. « Le Congrès ne devrait pas dilapider cette loi », s’exclame le Seattle Times. « En fournissant une couverture de santé à des millions d’Américains, cette réforme a rempli sa mission. La preuve : jamais autant de clients n’ont signé l’assurance santé que depuis l’élection de Donald Trump qui menace de la supprimer ».

    Et le journal local de Californie, Sacramento Bee, conclut : « Au lieu de priver 20 millions d’Américains de leur couverture de santé, les élus feraient mieux de s’attaquer aux maux qui coûtent une fortune au système de santé. Exemple : les drogues ».

    Les Mexicains en colère contre la hausse du prix de l’essence

    Les protestations se multiplient depuis le 1er janvier après la hausse de 20 % du prix de l’essence. Cette mesure a été prise dans le cadre de la dérégulation du secteur de l’énergie, décidée par le président Peña Nieto en 2014. Mais la pilule a du mal à passer.

    Selon le journal El Universal, les manifestations s’étendent dans le pays. Une trentaine de villes sont touchées par la grogne des usagers qui bloquent des routes et des stations-service. 2017 sera définitivement plus cher pour les Mexicains, car la libéralisation du secteur de l’énergie entraîne aussi l’augmentation des tarifs de l’électricité. C’est à lire dans le journal La Jornada.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.