GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Autriche: l'Intérieur, la Défense et la diplomatie à l'extrême droite (Strache)
    • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
    Amériques

    Une icône des droits civiques boycotte l’investiture de Donald Trump

    media Pour l'élu démocrate de Géorgie John Lewis, Donald Trump n'est pas un «président légitime». REUTERS/Jonathan Ernst

    Il y aura un absent remarqué vendredi prochain à la prestation de serment de Donald Trump : John Lewis, élu afro-américain de Georgie, une icône des droits civiques qui a combattu aux côtés de Martin Luther King. Cet élu de Georgie conteste la légitimité du successeur de Barack Obama.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    John Lewis, dans l'émission Meet the Press qui sera diffusée dimanche, a osé dire tout haut ce que bien des démocrates pensent tout bas : « Je ne considère pas le président-élu comme un président légitime. Je pense que les Russes ont contribué à aider cet homme à être élu. Et ils ont aidé à détruire la candidature d'Hillary Clinton. Ça n'est pas bien, ça n'est pas juste et ça n'est pas le processus démocratique. »

    Pour cette raison, John Lewis a décidé pour la première fois depuis 1987, année de son arrivée au Congrès de ne pas assister à l'investiture de Donald Trump.

    Certains y voient une façon pour l'ancien militant des droits civiques de faire payer au magnat de l'immobilier sa persistance, jusqu'à son élection, à mettre en doute la légitimité du premier président noir, Barack Obama, qu'il avait accusé de ne pas être Américain.

    Mais John Lewis apporte aussi de l'eau au moulin de ceux qui estiment que sans le piratage des informations du Comité national démocrate par la Russie, le résultat de l'élection de novembre eut été différent.

    Barack Obama et Hillary Clinton, tout en reconnaissant le rôle du hacking russe ne sont toutefois jamais allés jusqu'à déclarer, avec la même certitude que l'élu de Géorgie, qu'il avait joué un rôle décisif dans la victoire de Trump.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.