GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: nouveau massacre dans une prison de Natal

    media Capture vidéo des mutins sur le toit de la prison d'Alcaçuz, le 14 janvier 2017. HO / TV PONTA NEGRA SBT / AFP

    Au Brésil, 26 personnes sont mortes après un nouvel affrontement entre deux gangs criminels dans une prison. Les corps retrouvés par la police ont été décapités et démembrés. Les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche 15 janvier dans le pénitentiaire Alcaçuz à Natal, dans le nord-est du pays. La rébellion a duré plus de 15 heures et la police a pris le contrôle de la prison dimanche en fin d'après-midi.

    Des unités spéciales de la police et de l'armée ont été dépêchées sur place pour intervenir. Avec un dispositif impressionnant, plusieurs voitures blindées et un hélicoptère, les forces de l’ordre ont finalement réussi à entrer dans le centre pénitentiaire. Les détenus ne leur avaient pas facilité la tâche. Ils étaient lourdement armés et pour empêcher l'intervention de la police, ils avaient aussi coupé le courant.

    D'après les autorités de l'Etat de Rio Grande do Norte, la tuerie est le résultat d'une guerre entre deux bandes criminelles qui se disputent le contrôle du trafic de drogue : le «Premier Comando de la Capitale» (PCC), originaire de Sao Paulo, et le Comando Vermelho (CV) qui est installé à Rio de Janeiro. Dans la prison d'Alcaçuz, le PCC est en conflit avec le Syndicat du Crime, allié au Comando Vermelho.

    Cette nouvelle rixe s'ajoute aux affrontements sanglants qui ont déjà eu lieu dans trois prisons brésiliennes depuis le début de l'année et qui ont fait plus de 130 morts.

    Le centre pénitentiaire d’Alcaçuz, où vient d’avoir lieu cette nouvelle mutinerie, est surpeuplé avec presque deux fois plus de détenus par rapport au nombre de places disponibles. Les organisations des droits de l'homme dénoncent régulièrement les conditions inhumaines de détentions au Brésil où les centres pénitentiaires sont minés par la violence liée au trafic de drogue, la surpopulation et la corruption.

    Une situation dont profitent les gangs criminels. Ce week-end, dans le sud du Brésil, une trentaine de détenus se sont évadés de leur prison, plusieurs armes de gros calibre ont été retrouvées après une fouille des cellules.

    → A (re) voir : Assassinats en série dans les prisons brésiliennes (Appels sur l'actualité/vidéo)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.