GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Barack Obama commue la peine de l’ancienne taupe de WikiLeaks Chelsea Manning

    media Une photographie de Chelsea Manning datée de 2010. REUTERS/U.S. Army/Handout

    Condamnée en 2013 à 35 ans de prison pour avoir transmis des documents confidentiels à WikiLeaks, la militaire Chelsea Manning a vu sa peine commuée ce mardi 17 janvier par Barack Obama. Elle sera libérée le 17 mai.

    Chelsea Manning qui fut analyste dans les rangs de l'armée américaine a volé et diffusé à la presse près de 700 000 documents concernant les guerres en Irak et en Afghanistan. La jeune femme était à l'époque Bradley Manning, et fut condamné pour trahison. Un jeune homme perturbé, qui a changé de sexe en prison, et tenté deux fois de se suicider.

    Les voix sont nombreuses à Washington, chez les démocrates et les républicains, pour dénoncer la décision de Barack Obama, qui gracie « un traître », « une personne qui a poignardé ses camarades de combat dans le dos » rapporte notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio.

    Mais la Maison-Blanche répond que Chelsea Manning a reconnu sa responsabilité, sans essayer de fuir, contrairement à Edward Snowden. Le porte-parole de la Maison-Blanche rappelle aussi que les documents volés et diffusés par Chelsea Manning étaient certes confidentiels, mais n'étaient pas classés « secret-défense »

    Le président, d'après ses conseillers, ne diminue pas la gravité de la faute commise par Manning, mais explique que la jeune femme de 29 ans aura passé en mai 7 années douloureuses derrière les barreaux, et qu'elle a exprimé des regrets sincères.

    WikiLeaks salue la décision d'Obama

    « VICTOIRE », a tweeté WikiLeaks dès l’annonce de la Maison-Blanche. Née en 1988 sous le nom de Bradley Manning, Chelsea Manning avait été condamnée en juillet 2013 pour avoir transmis plus de 700 000 documents militaires et diplomatiques confidentiels au site WikiLeaks alors qu’elle travaillait comme analyste du renseignement. Louée par ses partisans pour avoir dévoilé, selon eux, les abus des Etats-Unis en Irak et en Afghanistan, la militaire avait été jugée pour avoir mis son pays et ses compatriotes en danger.

    Après une première tentative en juillet, la militaire de 28 ans avait tenté de mettre fin à ses jours en octobre dernier. La semaine dernière, WikiLeaks a affirmé que son fondateur, Julian Assange, accepterait d’être extradé vers les Etats-Unis si Barack Obama faisait preuve de clémence envers Chelsea Manning.

    Réfugié depuis juin 2012 à l’ambassade d’Equateur à Londres pour éviter une extradition vers la Suède où il est visé par des accusations de viol qu’il nie, Julian Assange a remercié sur Twitter ceux qui s’étaient mobilisés en faveur de Chelsea Manning, sans toutefois dévoiler ses intentions.

    Parmi les nombreux internautes à avoir salué la décision de Barack Obama, le cinéaste Michael Moore s’est montré particulièrement enthousiasme. « MERCI président Obama pour avoir commué la peine de prison de Chelsea Manning !!! Elle sera libérée en mai au lieu de 2045 !! MERCI », a-t-il écrit sur Twitter.

    Snowden manifeste son soutien à Chelsea Manning

    Comme lui, Edward Snowden a également réagi sur le réseau social, manifestant son soutien à la lanceuse d’alerte : « Dans cinq mois, tu seras libre. Merci pour tout ce que tu as fait pour tout le monde, Chelsea ».

    L’ancien consultant de la NSA, qui a lui aussi rendu publics des milliers de documents classifiés révélant l’ampleur de la surveillance des données privées mise en place par les autorités américaines, va-t-il bénéficier de la même faveur ? Rien n’est moins sûr. La Maison-Blanche a toujours insisté sur la différence de taille entre le cas de Manning et le sien. « Chelsea Manning est quelqu’un qui a été jugée par la justice militaire, a été reconnue coupable, a été condamnée et a reconnu ses torts », a expliqué Josh Earnest, porte-parole de la Maison-Blanche. « M. Snowden a fui dans les bras d’une adversaire et a trouvé refuge dans un pays qui, très récemment, a délibérément tenté d’affaiblir notre démocratie (…) Les divulgations d’Edward Snowden étaient beaucoup plus graves et beaucoup plus dangereuses », a-t-il ajouté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.