GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: Rajapakse a été élu président avec 52,25% des voix (résultats officiels)
    • Iran: quarante arrestations lors de manifestations à Yazd contre la hausse du prix de l'essence (agence)
    • Hong Kong: un policier a été blessé à la jambe par une flèche tirée par un manifestant (forces de l'ordre)
    Amériques

    Première dirigeante reçue par Trump, May n'aura «pas peur» des désaccords

    media Theresa May à sa sortie de Lancaster House, où elle a prononcé son discours sur le Brexit, le 17 janvier 2017. REUTERS/Leon Neal

    Donald Trump recevra son premier dirigeant étranger vendredi prochain à la Maison Blanche. Il s'agit de Theresa May, la Première ministre britannique. Les deux dirigeants devraient réaffirmer les liens spéciaux qui unissent leurs pays, alors que la Grande-Bretagne se prépare à la sortie de l'Union européenne.

    Theresa May a réussi un joli coup diplomatique, en étant la première dirigeante étrangère à être reçue par Donald Trump.

    La Première ministre avait jusqu'ici des liens limités avec l'équipe du nouveau président américain. Elle avait été même passablement irritée lorsque le milliardaire, fraichement élu, s'était empressé de recevoir le nationaliste britannique Nigel Farage, alors qu'elle n'avait été contactée que tardivement, par téléphone. C'est donc une satisfaction pour Theresa May d'aller à la Maison Blanche la semaine prochaine.

    D'autant quela Grande Bretagne se prépare au Brexit, à la sortie de l'Union européenne, et qu'elle aura besoin de liens renforcés avec les Etats-Unis, sur le plan économique notamment. Donald Trump, qui a soutenu le Brexit, a déjà proposé de signer rapidement un accord commercial avec le Royaume-Uni.

     → A (RE)LIRE : Vives réactions en Europe après des propos incendiaires de Trump

    Les discussions devraient aussi porter sur l'Otan que le nouveau président américain juge « obsolète ».

    Theresa May se dit déterminée à faire progresser la « relation spéciale » qui unit son pays aux Etats-Unis mais elle a prévenu ce dimanche matin, dans un entretien à la BBC, qu'elle n'aura « pas peur » de lui dire lorsqu'elle jugera ses actes ou ses déclarations inacceptables.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.