GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Avril
Vendredi 21 Avril
Samedi 22 Avril
Dimanche 23 Avril
Aujourd'hui
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les décrets signés par Donald Trump à la Une de la presse américaine

    media Trump a déjà retiré les Etats-Unis du TPP, le Traité Trans-Pacifique, il a aussi émis un décret pour suspendre les fonds fédéraux aux ONG étrangères qui pratiqueraient l’avortement ! SAUL LOEB / AFP

     

    « Voilà ce qu’a fait Donald Trump le premier jour de sa présidence », titre le Boston Globe. « Il a utilisé la journée entière pour honorer ses promesses de campagne ». Il a retiré les Etats-Unis du TPP, le traité trans-Pacifique, Trump a aussi émis un décret pour suspendre les fonds fédéraux aux ONG étrangères qui pratiqueraient l’avortement, il a gelé le recrutement d’agents fédéraux, excepté pour les militaires et la sécurité.
     
    Le retrait du TPP, qui n’était pas encore entré en vigueur, a pourtant fait des heureux même du côté des démocrates, relève le journal de Boston : Bernie Sanders s’en est félicité, ainsi qu’Elizabeth Warren. « Je suis contente qu’on abandonne ce traité, mais il y a encore beaucoup à faire pour protéger les familles de travailleurs » a-t-elle prévenu.
     
    En revanche, le Mexique se pose des questions sur l’avenir de sa relation avec le grand voisin américain
     
    Alors qu’El Universal revient sur le contenu de ce traité Trans-Pacifique conclu entre douze pays, le président Enrique Peña Nieto a présenté un plan d’action en dix points qui régira la politique extérieure de son pays face à la nouvelle administration américaine, rapporte Milenio. Après les multiples discours de Donald Trump dénigrant les Mexicains, l’immigration et sa volonté de produire aux Etats-Unis, le Mexique entend construire une relation basée sur la souveraineté et « construire des ponts plutôt que des murs » avec son voisin a déclaré EnriquePeña Nieto. « Ni confrontation, Ni soumission ! la solution, c'est le dialogue et la négociation. » a-t-il martelé.
     
    D’autres mesures sont attendues, notamment sur l’ALENA, le traité de libre-échange nord-américain.
     
    Le Mexique prend de plein fouet les premiers décrets annoncés par Donald Trump, rappelle Milenio.  « Les Etats-Unis sont-ils déjà passés à l’action » avec leur voisin mexicain, se demande le journal. C’est en tous cas ce que semble affirmer l’Association des Producteurs d’Avocats de Jalisco qui dénonce le fait qu’un chargement de 100 tonnes d’avocats a été refoulé à la frontière américaine, malgré toutes les autorisations en bonne et due forme. Du coup une partie de la cargaison a été envoyée vers le Canada.
     
    Autre préoccupation : la construction du mur à la frontière américaine que Donald Trump a promis.
     
    Le président mexicain Peña Nieto demande au nouveau président américain de garantir le respect des migrants. Selon Proceso, Peña Nieto pourrait utiliser la migration d’Amérique Centrale comme « monnaie d’échange » face à l’administration Trump. Comme le rappelle Rubén Figueroa du Mouvement des migrants d’Amérique Centrale dans les colonnes de Proceso, le Mexique joue un rôle fondamental en freinant la progression des migrants vers les Etats-Unis, avec le plan de la « frontière sud » « qui consiste à arrêter et expulser des dizaines de milliers de candidats à l’émigration, dont des familles qui fuient la violence dans leurs pays ».
     
    Donald Trump est finalement revenu sur sa décision de suspendre la protection des 750 000 immigrés arrivés illégalement aux Etats-Unis alors qu’ils étaient encore mineurs, souligne le Los Angeles Times. Mais les pays d’Amérique Centrale sont inquiets : « les premiers expulsés de l’ère Trump arrivent au Honduras », titre El Heraldo. En 2016, 21 587 Honduriens ont été expulsés des Etats-Unis, et 47 678 du Mexique avec le programme Frontière Sud. En tous cas, le Honduras se prépare à « ce qui pourrait être l’année la plus critique sur la question des migrants ».
     
    Aux Etats-Unis, Donald Trump a signé un décret qui interdit le financement avec des fonds fédéraux d’ONG à l’étranger qui pratiqueraient l’avortement
     
    Donald Trump a réactivé cette mesure, connue sous le nom de « politique de Mexico » lancée par Ronald Reagan en 1984, deux jours après la Marche des Femmes qui a rassemblé des milliers de personnes. Selon The Nation, ce décret anti-avortement pourrait avoir l’effet contraire de ce qu’espère la nouvelle administration américaine : il pourrait augmenter le nombre d’avortements parmi les femmes dans les pays les plus pauvres, car elles auront un accès plus limité à la contraception et aux autres services de santé.
     
    Le sommet de la CELAC, la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes,  se tient à Saint-Domingue en République Dominicaine.
     
    Le sommet de la CELAC en présence des chefs d’Etat débutera ce mardi pour s’achever mercredi soir avec une déclaration commune. Les sujets principaux concernent l’immigration, le développement, le trafic de drogue, la sécurité alimentaire et la nécessité de mettre fin à l’embargo américain sur Cuba rappelle Granma. Sans oublier la situation au Venezuela, ajoute El Nuevo Diario. Mais c’est surtout une période d’incertitude qui s’ouvre avec l’ère Trump s’inquiète El Día, d’autant qu’à l’exception du Brésil et du Chili, la plupart des pays d’Amérique latine ont pour principal marché les Etats-Unis.
     
    La presse colombienne suit la visite du président François Hollande qui se rend dans une zone de démobilisation des FARC ce mardi
     
    François Hollande se rendra à Caldono, une zone prête à 70% assure El Tiempo, avec installation de campements, nouvelles routes et accès à l’eau potable pour la population. Pourquoi l’installation de ces zones prend autant de temps, se demande El País, alors que le 31 janvier, les guérilléros sont censés se regrouper dans ces zones pour entamer leur désarmement. Les travaux prennent du temps et les régions souvent montagneuses sont très reculées, justifie le coordinateur dans les colonnes d’El País.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.