GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mur à la frontière américaine: «Non, le Mexique ne paiera pas», selon Peña Nieto

    media Le président mexicain, photographié ici le 11 janvier 2017, a assuré que le Mexique ne paiera pas le mur promis par Donald Trump. REUTERS/Carlos Jasso

    Les hostilités ont commencé entre le Mexique et les Etats-Unis. Cinq jours seulement après sa prise de fonction, Donald Trump a signé, mercredi 25 janvier, un décret pour lancer la construction du mur à la frontière avec le Mexique. Le nouveau président des Etats-Unis vient donc de donner une nouvelle impulsion à cette très polémique et emblématique promesse de campagne, ce qui n'a pas manqué de faire réagir les autorités mexicaines.

    Avec notre correspondante à MexicoEmilie Barraza

    L’annonce de ce décret a suscité l’indignation au Mexique. Le président Peña Nieto a réagi, hier, en déclarant « que le Mexique, lui, ne croit pas aux murs qui divisent et séparent », tout en ajoutant ce qu’il répète depuis maintenant des mois : « non, le Mexique ne paiera pas le mur ». Le président de la République a laissé planer le doute sur sa visite prévue à Washington le 31 janvier prochain. « C’est mon devoir de président d’affronter les problèmes », a-t-il dit, « mais je vais devoir prendre des décisions sur la voie à suivre ».

    Tout le Mexique demande à son président de tenir tête à Donald Trump, car jusqu’à maintenant le président américain a tout simplement réussi à unir les Mexicains face à un nouvel ennemi. Pour la première fois depuis très longtemps, tous les partis politiques ont décidé de soutenir le président de la République dans les négociations qui doivent débuter la semaine prochaine avec les Etats-Unis pour tenter de sauver l’ALENA, l’accord de libre-échange.

    La classe politique a demandé au président d’annuler son déplacement à Washington, pour éviter de se faire à nouveau humilier. De nombreux intellectuels de tous bords demandent à Peña Nieto de défendre avec honneur le Mexique. Les députés souhaitent que le gouvernement exige une prise de position de l’ONU au sujet du mur. L’indignation du Mexique est à la hauteur de l’humiliation subie et il n'est pas sûr que les hostilités entre les deux pays se calment d’ici le 31 janvier, date des négociations prévues entre les deux présidents.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.