GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Juin
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Aujourd'hui
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le décret Trump sur l'immigration embarrasse les élus républicains

    media Rudolph Giuliani, un proche de Donald Trump, a démenti malgré lui le discours présidentiel. REUTERS/Mike Segar

    Une vague de désapprobation internationale ainsi que des manifestations dans de nombreux coins des Etats-Unis ont eu lieu après la promulgation du décret Trump sur l’immigration. Mais de très timides critiques apparaissent dans les rangs républicains. Les élus du parti de Donald Trump sont embarrassés et cherchent des moyens de temporiser.
     

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

    Les élus républicains sont coincés entre le président et leurs électeurs, qui réagissent sur internet et dans la rue. Mis à part John McCain et Lindsey Graham, la plupart sont très en retrait, craignant la colère présidentielle qui s’est déjà abattue sur les deux sénateurs. Plusieurs élus conservateurs du Tennessee, de l'Ohio, ou du Maine, une vingtaine au total, ont toutefois osé émettre de timides critiques.

    Ils se déclarent, certes, en faveur de contrôles plus sévères aux frontières, mais déplorent le manque de préparation qui a créé dans les aéroports une pagaille qu’ils ont été obligés d’assumer dans leur Etat. La Maison Blanche persiste : toutes les personnes concernées ont été consultées et il ne s’agit pas d’une discrimination religieuse, affirme-t-elle.

    Les diplomates américains désapprouvent le décret

    Rudolph Giuliani, un proche du président Trump, a démenti malgré lui la position officielle du président, dans un entretien accordé à la chaîne conservatrice Fox News. « Quand il a annoncé son "interdiction d’entrée pour les musulmans", il m’a dit, "monte une commission et dis-moi comment je peux le faire légalement" », a-t-il déclaré.

    Au concert de réprobation, se joignent, de manière inhabituelle, de nombreux diplomates qui qualifient dans un communiqué le décret Trump de contre-productif. C'est aussi le cas de l’association des vétérans du Vietnam, qui « exhorte » le président de faire une exception pour les interprètes de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan, interdits de visa à cause du décret.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.