GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Royaume-Uni: la probabilité d'un Brexit sans accord s'est accrue (Banque d'Angleterre)
    • Londres va suspendre l'attribution à Ryad de nouveaux contrats de ventes d'armes pouvant être utilisées au Yémen (ministre)
    • Foot: la Secrétaire générale de la FIFA va jouer le rôle de "déléguée générale pour l'Afrique" durant 6 mois à la demande de la CAF
    • Syrie: quatorze civils ont été tués, dont deux secouristes, dans des frappes du régime (ONG)
    • Nucléaire-EPR de Flamanville: les réparations ne pourront pas être faites avant fin 2022 (ASN)
    • Turquie-procès du putsch manqué en 2016: vingt-quatre condamnations à la prison à vie (agence)
    • Arabie: une usine de dessalement a été visée par une attaque des rebelles yéménites (coalition)
    • Intempéries: à Toulouse, le métro et le train sont perturbés après de violents orages nocturnes
    • Syrie: d'après l'OSDH, plus de 100 combattants (soldats syriens et jihadistes) ont été tués en deux jours dans la région d'Idleb
    • Drone américain abattu: les frontières sont «notre ligne rouge», dit un général iranien
    • Décès de Morsi: l'Egypte dénonce les accusations «irresponsables» de la Turquie
    Amériques

    Rex Tillerson, ex-PDG d'ExxonMobil, à la tête de la diplomatie américaine

    media Rex Tillerson le 11 janvier 2017. REUTERS/Kevin Lamarque

    Rex Tillerson devient le nouveau secrétaire d’Etat américain. L’ancien PDG d’ExxonMobil a obtenu un vote du sénat par 56 voix contre 43. Les faucons républicains qui critiquaient ses liens avec Moscou ont finalement voté en sa faveur. A 64 ans, Rex Tillerson obtient le poste le plus prestigieux de l’administration américaine. Il n’a aucune expérience en politique.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    D’après l’un de ses biographes, Rex Tillerson était plus puissant à la tête d’ExxonMobil qu’il ne le sera au département d’Etat. « Les présidents de Guinée-Bissau et du Tchad savaient que de bonnes relations avec le PDG de la firme pétrolière étaient plus importantes pour eux que leurs liens avec John Kerry », écrit Steve Coll.

    L’homme a fait toute sa carrière au sein d’ExxonMobil et la compagnie a prospéré pendant les années où Rex Tillerson l’a dirigée. A ce poste, celui qui est désormais secrétaire d’Etat a noué des liens avec des personnes considérées comme des ennemis des Etats-Unis. Sa décoration par Vladimir Poutine en 2013 a suscité l’opposition de certains républicains qui sont finalement rentrés dans le rang.

    Cette « tâche sur son CV » est d’ailleurs ce qui a motivé son choix par Donald Trump, pour qui la réconciliation avec Moscou est l’une des priorités. Rex Tillerson a soutenu l’accord de Paris sur le climat et s’est prononcé en faveur d’une taxe carbone. « C’est un homme aux nerfs d’acier », disent ses partisans. Cette qualité lui permettra sans doute d’affronter les nombreuses polémiques qui agitent les Etats-Unis depuis la prise de fonction du président Trump.

    Les défis qui attendent le nouveau secrétaire d’Etat

    Rex Tillerson n’a aucune expérience en politique, et doit faire face, dès son arrivée, à de nombreux défis. Le président Trump ne connaissait pas le PDG d’ExxonMobil. Ce dernier doit sa nomination à l’entourage Bush qui a vanté ses nerfs d’acier et son carnet d’adresses, sa proximité avec Vladimir Poutine.

    Les relations avec Moscou, le maintien ou non des sanctions contre la Russie, ce sera sans doute le premier test pour Rex Tillerson au département d’Etat. Sur l’Iran, le Pentagone s’est prononcé en faveur du respect de l’accord sur le nucléaire. Le tir de missile de Téhéran et la mise en garde de Washington mercredi mettent sans doute ce sujet au rang des urgences.

    Il ne faut pas oublier le Proche-Orient. Ce dossier ressemble à la quadrature du cercle depuis des années. Avant même la nomination de Rex Tillerson, le président Trump a annoncé le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. Une décision qui peut provoquer une réaction en chaîne.

    Mais le plus grand défi de Rex Tillerson, sera son intégration au département d’Etat. Le ministre arrive en pleine crise : 1 000 diplomates ont signé une lettre dénonçant le décret Trump sur les visas, du jamais vu dans l’histoire de la diplomatie américaine, et ce malgré les menaces de la Maison Blanche.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.